Tsahal doit faire face à un nouveau défi : l’installation en Egypte de S-300

Le Caire a reçu livraison d’un système de missiles antiaériens sophistiqués fabriqués en Russie, marquant le premier déploiement de missiles longue portée au Moyen-Orient. Les médias égyptiens et russes ont signalé qu’un système de missiles sol-air, le S-300, est arrivé en Egypte. L’armée a probablement déjà commencé le déploiement de ces batteries antiaériennes dans tout le pays.

Le S-300, la version russe du système américain Patriot, est capable d’intercepter des avions de chasse à une distance de 200 km et de suivre simultanément leur variété de courbes. La livraison, déclarée publiquement, marque la première introduction de ce système d’armes dans un pays partageant une frontière avec Israël.

Il est difficile de savoir si Israël a pris une position pour ou contre l’achat égyptien, et il est possible que Jérusalem se soit abstenu d’exprimer une opinion particulière. Néanmoins, le déploiement des S-300 au Moyen-Orient crée un dilemme difficile pour l’armée de l’air israélienne, qui va maintenant faire face à un système de missiles antiaérien qui peut couvrir la région.

S 300Missiles russes de longue portée S-300

Israël et les Etats-Unis font constamment pression sur le gouvernement russe pour qu’il annule sa livraison de missiles sol-air à l’Iran et la Syrie, alors que Moscou a déjà signé des contrats d’approvisionnement avec les deux puissances régionales. La raison est simple à comprendre : leur déploiement nuirait à la supériorité aérienne de Jérusalem, donc à la dissuasion de l’armée de l’air israélienne.

En octobre 2014, un hebdomadaire spécialisé dans les ventes d’armes avait signalé que l’Egypte voulait s’équiper d’un système de S-300. L’accord était d’une valeur d’un demi-milliard de dollars et aurait été convenu lors d’une réunion en août 2014 entre le président égyptien Sisi et le président russe Vladimir Poutine à Sotchi.

poutine et sissiAbdel Fattah el-Sissi et Vladimir Poutine

L’administration américaine avait décidé un embargo sur les armes à destination d’Egypte en raison de la prise de pouvoir de Sissi au détriment des Frères musulmans. Les Américains ont vu Sisi comme quelqu’un qui contrecarrait les plans d’Obama qui voulait permettre, selon le « Washington Post »,  l’installation des Frères musulmans dans tous les pays arabes sunnites.

La Russie a saisi l’éloignement entre les deux pays pour restaurer sa proximité au Caire et vendre son système antiaérien, tout en explorant de nouvelles offres pour ses avions de combat. Le réchauffement des relations entre les deux pays a atteint son apogée lorsque Poutine a visité l’Egypte en février, et que l’achat du système de missiles a été finalisé, conformément à la capacité de l’Egypte de suivre les paiements.

rafalesAvion de combat français Rafale

En dépit de la crise financière, Le Caire a également décidé en février d’acquérir pour 3 milliards d’euros 24 avions français Rafale. Cet accord a également été stimulée par l’embargo américain sur les F-16 et les hélicoptères Apache, que l’Egypte avait payés en totalité. L’année prochaine, l’Egypte recevra le premier des deux sous-marins achetés en Allemagne pour remplacer sa flotte vieillissante de fabrication chinoise qui a été construite dans les années 1970.

2 pensées sur “Tsahal doit faire face à un nouveau défi : l’installation en Egypte de S-300

  • Avatar
    7 mars 2015 à 10 h 02 min
    Permalink

    OBAMA: les USA n’ont jamais eu une telle nouille à la tête de leur pays, un naïf, qui serait plus à sa place pour diriger une superette que le pays considéré comme le plus puissant du monde. L’Iran sera sous peu de temps une puissance nucléaire, grâce à l’aveuglement de ce pauvre type, qui menace beaucoup pour rien, il n’effrait pas grand monde, qui fonctionne suivant ses origines Musulmanes.

    Répondre
  • Avatar
    7 mars 2015 à 16 h 54 min
    Permalink

    Détrompez-vous. Obama n’est pas un naïf! C’est simplement un suppôt des frères musulmans. C’est un musulman convaincu qui déteste Israël et fait tout pour l’affaiblir. Il cherche à s’allier à l’Iran et pour cela lui ouvre les portes de la puissance atomique. Sans compter le fait que grâce à Obama 4 pays du Proche Orient sont tombés sous le contrôle de Téhéran: l’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen (et accessoirement la bande de Gaza)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *