Trump coupe les vivres, l’Europe se démène pour l’UNRWA à Gaza

Après l’annonce américaine de couper son aide financière à l’UNRWA, la très partisane agence onusienne pour les « réfugiés » palestiniens de la bande de Gaza, c’est l’Union européenne et certains pays arabes qui volent au secours de la bande de Gaza, qui périclite sous la coupe du Hamas.

Acte 1 : le porte-parole de l’agence Mshasha Sami a annoncé qu’il y aurait une réunion des pays donateurs en mars 2018 pour discuter de l’augmentation de l’appui international. Il a déclaré que l’UNRWA examine d’autres manières de recevoir un financement, comme un appel à la Banque islamique de développement, à des fonds et des sociétés privés et à des donateurs.

Le commissaire général de l’UNRWA Pierre Krähenbühl a affirmé que la Russie, le Koweït et neuf pays européens avaient accepté de transférer leur soutien à l’Office plus tôt que prévu dans le cadre d’une campagne de financement après l’annonce américaine de geler une partie du soutien financier pour 2018 .

42,5 millions d’euros de l’UE

À la fin d’une conférence des pays donateurs organisée à Bruxelles, Federica Mogherini, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a annoncé que les Palestiniens pourraient recevoir une aide financière de 42,5 millions d’euros de l’UE. Elle a dit que l’argent serait versé aux activités à Jérusalem-est et à l’appui de la construction d’un Etat palestinien démocratique par le biais de la promotion de réformes, de la réduction du déficit financier, le renforcement du secteur privé et de la société palestinienne, et l’alimentation en eau et en électricité.

Nabil Shaath, conseiller de Mahmoud Abbas pour les affaires et relations internationales, a annoncé que le Japon allait augmenter son don à l’UNRWA pour couvrir le déficit financier. Il a déclaré que le Japon devrait reconnaître un État palestinien dans le cadre d’un processus par étapes, dont la première serait la collecte des signatures de membres du Parlement européen qui demande à leur gouvernement de reconnaître l’État palestinien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *