Trois fois plus d’ultra-orthodoxes dans l’éducation supérieure en Israël en 6 ans

C’est un chiffre que révèle l’institut Taub, qui y consacre un chapitre spécial de son rapport annuel sur la situation socio-économique d’Israël. Entre 2008 et 2014 le nombre de Haredim en début de cursus dans l’éducation supérieure en Israël est passe de 1122 à 3227 dont deux tiers de femmes. Cette augmentation est marquante pour une population parmi les plus pauvres du pays.

Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Le groupe socio-économique des ultraorthodoxes, également appelés haredim, représente 11% de la population israélienne. C’est le groupe avec la plus forte croissance démographique du pays et selon un rapport publie en 2012 par l’office israélien des statistiques, leur nombre pourrait dépasser celui des arabes israéliens, autre population parmi les plus pauvres du pays, dans les 40 années à venir.

L’intégration des ultraorthodoxes dans la force de travail israélienne pourrait donc avoir un impact énorme sur la pauvreté d’une part et fournir une main d’œuvre nécessaire pour des secteurs clés de l’économie comme le high tech, actuellement en pénurie de travailleurs diplômés.

Lire la suite sur tel-avivre.com