Tribune: “Un antisémitisme toujours tendance”

La commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale a rejeté dans l’ombre le 80e anniversaire de la “Nuit de Cristal”, appellation absurdement poétique du drame qui vit la disparition de fait du judaïsme allemand organisé : 250 morts, plus de 1 000 synagogues détruites, 30 000 Juifs envoyés dans les camps de concentration.

Une opération exécutée avec toute la rigueur technique dont la SS était capable, rien à voir avec les débordements populaires des pogroms à l’ancienne.

On brûlait les synagogues, mais les pompiers veillaient à ce que le feu ne se propage pas aux immeubles voisins.

Pour les Juifs du Reich, nulle part où aller, les protestations officielles furent de pure forme. Seule l’Angleterre, honneur à elle, accepta d’ouvrir ses portes aux 10 000 enfants des KIandertransporten.Lire la suite sur jforum.fr