Tribune d’Eric Hazan dans Libération: « critiquer Israël n’est pas antisémite »

Tribune d’Eric Hazan, écrivain et éditeur, qui dénonce « l’amalgame » selon lui entre antisionisme et antisémitisme, et prend la défense de la campagne de boycott contre Israël.

« D’après Manuel Valls, « l’antisionisme est tout simplement le synonyme d’antisémitisme ». Ce propos n’est pas surprenant de la part d’un homme politique pour lequel« l’état d’urgence, c’est l’Etat de droit », et qui entend lutter contre le chômage en facilitant les licenciements.

Mais sérieusement, qu’est-ce au juste que « l’antisionisme ? » Il y a deux réponses possibles. La première, celle des dîners du Crif, repose sur deux assertions successives : l’Etat d’Israël parle au nom des Juifs du monde entier ; par conséquent, être « antisioniste », critiquer la politique israélienne, c’est dénigrer non seulement le gouvernement israélien, mais la population du pays et l’ensemble de tous les Juifs – c’est de l’antisémitisme.

Cette façon de voir occulte deux points essentiels : la grande majorité des Juifs vivent ailleurs qu’en Israël et parmi eux, nombreux sont ceux qui n’approuvent pas sa politique ; d’autre part, critiquer un gouvernement ne signifie nullement que l’on accuse la population du pays. Non, condamner la politique coloniale d’Israël n’a rien à voir avec l’antisémitisme.

La deuxième réponse à la question qu’est-ce que « l’antisionisme ? » est d’ordre historique. Au début du XXe siècle, quand Theodor Herzl invitait les Juifs d’Europe à partir pour la Palestine, beaucoup d’entre eux s’y opposaient, notamment les ouvriers révolutionnaires polonais du Bund. Ils étaient antisionistes, les seuls peut-être à avoir mérité ce terme qui n’a plus guère de sens aujourd’hui. Par la suite, dans l’entre-deux-guerres, la présence juive en Palestine étant un fait accompli, plusieurs intellectuels juifs de grand renom comme Hannah Arendt, Martin Buber ou Gershom Scholem dirent et écrivirent que cette présence ne pouvait plus être remise en cause, mais qu’il fallait surtout éviter que s’établisse une souveraineté juive sur la Palestine. En octobre 1947, alors que le statut de la Palestine était encore en discussion à l’ONU, Arendt prit la parole devant la commission internationale chargée d’éclairer l’Assemblée générale, et plaida en faveur d’une fédération, d’un Etat binational sur le territoire de la Palestine mandataire.

Aujourd’hui, les termes du débat sont les mêmes. Il y a d’un côté ceux qui défendent un Etat juif souverain, le plus puissant et le plus homogène possible, qui travaille à judaïser tout le territoire de la Palestine historique en maintenant en sujétion ses habitants non juifs, les Palestiniens d’Israël et ceux des Territoires occupés. Et de l’autre côté, il y a ceux pour lesquels les quelque 11 millions d’êtres humains habitant entre le Jourdain et la mer ont tous le droit de vivre en égaux dans un Etat commun. (On peut laisser de côté la solution des deux Etats, fiction destinée à faire accepter le statu quo). Pour ceux, Juifs ou Arabes, qui soutiennent la création d’un tel Etat, la présence juive en Palestine ne se discute plus depuis longtemps, c’est la souveraineté juive qui est le cœur du litige.

Le boycott d’Israël est pour eux un moyen d’en finir avec cette souveraineté. Les accuser de vouloir la « destruction d’Israël », d’être des antisémites, c’est utiliser une fois de plus Auschwitz pour légitimer la politique coloniale du gouvernement israélien. Le boycott n’est pas une arme contre les Juifs israéliens. Bien au contraire, il les aide à faire un jour partie intégrante de la région du monde où leurs aînés ont été autrefois conduits, à quitter leurs habits de colons pour devenir des égaux vivant enfin en paix dans un pays réconcilié. »

12 pensées sur “Tribune d’Eric Hazan dans Libération: « critiquer Israël n’est pas antisémite »

  • 8 mai 2016 à 11 h 28 min
    Permalink

    C’est pour moi un antisemite parce que ces gens qui défendent la « cause palestinienne » si sacrée à leurs yeux et ils en ont le droit, ne défendent jamais les kurdes les thibetains qui sont spoliés ou les chypriotes occupés par les turcs, etc etc ils ne font pas de manif pour les 250000syriens tues, mais font des manif pour Gaza en parlant de massacre, ils aiment juste les palestiniens inventés depuis 40ans pour critiquer Israël et ils n’ont aucune empathie pour le peuple israélien qui souffre depuis 70ans des guerres génocidaires menées par les arabes alors oui l’indignation sélective et la critique ciblée c’est la partie émergeante de l’iceberg de leur antisemitisme pathogène !

    Répondre
  • 6 mai 2016 à 15 h 50 min
    Permalink

    y avait 22pays ou juifs et arabes vivaient ensemble ,

    regardez le resultat! encore 1qui vit dans dream world SCHMUCK PLANET.

    Répondre
  • 6 mai 2016 à 1 h 22 min
    Permalink

    Ca y est maintenant c’est plus la solution à 2 états -« destinée à faire perdurer le statut-quo » mais UN SEUL ETAT COMMUN ou juifs et arabes vivent à égalité mais ce qui lui pose problème c’est la souveraineté juive ! Il est complètement utopique ! Il doit vivre dans une autre dimension, un vrai bobo qui vit dans un monde de bisounours!!!il croit qu’un tel état bi-national est possible quand on voit le degré de haine du juif encouragé et son assassinat subventionne par la société pal estinienne ! Il est complètement à côté de la plaque! Les juifs seraient egorges lynchés et n’auraient aucune chance de survivre dans un tel état !Pauvre type,ca connaît rien à la situation et ca croit tout savoir!

    Répondre
    • 6 mai 2016 à 13 h 20 min
      Permalink

      1) de toute façon c’est un fauderche, qui derrière le très légitime droit-à-la-critique-de-la-politique-israélienne (droit que de nombreux israélien/ne/s ne l’ont pas attendu pour exercer) est en réalité hostile à l’existence de l’Etat d’Israël. Aussi à travers la revendication -assurément aujourd’hui irréaliste- de l’Etat binational il aura su se rappeler le vieux slogan trotskiste : la meilleure revendication est celle impossible à satisfaire.

      2) en ce qui concerne le boycott c’est là une arme qui A PRIORI n’est pas choquante et peut parfois être utilisée dans le cadre de la lutte politique -A CONDITION d’être mise au service d’une revendication précise. Mais, de l’aveu même de Hazan, la revendication est ici reportée aux calendes… grecques : le boycott est supposé aider ceux qu’il appelle « les juifs israéliens » (qui ne sont donc même plus définis comme citoyens israéliens…) à faire « un jour » (sic) « partie intégrante de la région du monde où leurs aînés ont été autrefois conduits, à quitter leurs habits de colons pour devenir des égaux vivant enfin en paix dans un pays réconcilié ». Mais, en l’absence de revendication claire-et-intelligible, le boycott équivaut ici de fait à : une exclusion. Et monsieur Hazan, qui a fait des études, devrait savoir (et je précise être aussi hostile que lui à l’actuelle politique israélienne) : que l’exclusion, quand elle concerne des juifs, n’a pas tout à fait le même sens…

      Répondre
  • 5 mai 2016 à 22 h 08 min
    Permalink

    Une ordure de plus avec un nom juif de ces juifs haineux d’eux mêmes c’est tellement commun de ces juifs gochos a mort 68 est passé par là le pire c’est qu’ils étaient purs mais lavage de cerveau après lavage de cerveau il n’y a plus rien d’eux esclaves de leurs idées quand ils seront prêts à passer l’arme à gauche ils se poseront des questions sur leurs vies et là ils réaliseront que c’est trop tard que le mal qu’ils auront fait à notre peuple est la chose qu’il n’auront du faire

    Répondre
    • 6 mai 2016 à 12 h 12 min
      Permalink

      pauvre idiote… Les nazillons, qui dans les années qui avaient précédé ce 68 qui te donne tant d’urticaire commençaient à montrer les crocs, on ne les a alors soudain plus entendus… Et c’était : très bien ainsi !

      Répondre
  • 5 mai 2016 à 21 h 43 min
    Permalink

    Critiquer c’est une chose mais faire de la désinformation c’est autre chose et c’est condamnable. Hélas c’est devenu la spécialité de la quasi totalité des torchons en France.

    Répondre
  • 5 mai 2016 à 21 h 31 min
    Permalink

    Encore un gaucho renégat de mes couilles !!!!

    Répondre
    • 6 mai 2016 à 12 h 16 min
      Permalink

      je m’apprêtais à apposer un commentaire, peu gratifiant pour ce Hazan, mais j’y ai renoncé lorsque je suis tombé sur votre prose ordurière. Et sincèrement on vous plaint, mischuganah que vous êtes, si vous n’avez pas compris la fondamentale continuité qui unit l’antisémitisme, et votre racisme antigauchiste.

      Répondre
  • 5 mai 2016 à 20 h 56 min
    Permalink

    Décidément ….tous les salopards se réveillent et montrent leurs vrais visages

    Répondre
  • 5 mai 2016 à 20 h 51 min
    Permalink

    En. Y na vraiment mare des 5 ème colonnes ferme las

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.