Traque des terroristes: Fusillade et prise d’otages en Seine et Marne

Une fusillade aurait eu lieu il y a quelques minutes, en Seine-et-Marne à Dammartin-en-Goële, à proximité de la zone où le Raid et le GIGN recherchent toujours les frères Kouachi. Un journaliste de RTL évoque une possible prise d’otages dans une entreprise, à quelques kilomètres de l’aéroport de Roissy. Il s’agirait d’une société de « plateaux repas » située dans la zone d’activité de la ville d’après un témoin.

Les témoins et journalistes sur place évoquent une prise d’otages dans une entreprise de Dammartin-en-Goële par deux individus ayant auparavant dérobé un véhicule dans la commune voisine de Montagny-Sainte-Félicité.

helicoptere

Selon un témoin, plusieurs hélicoptères des forces de l’ordre sont mobilisés autour de Dammartin-en-Goële, (Seine-et-Marne) où une prise d’otages est actuellement en cours. Les mairies des communes environnantes ont donné l’ordre aux habitants de rester chez eux. Les enquêteurs appellent les habitants de la commune de Dammartin-en-Goël  à ne pas bouger, à rester chez eux et à s’éloigner des fenêtres.

La réunion interministérielle de crise qui se déroulait à Paris a été écourtée. Le président François Hollande est dans son bureau, il va suivre la traque avec Christiane Taubira et Bernard Cazeneuve.

Les frères Kouachi sont donc retranchés dans une entreprise de Dammartin-en-Goële. « L’important dispositif mis en place dans la journée d’hier » a été déplacé dans cette ville, le GIGN arrive sur place, a annoncé le ministre de l’Intérieur, qui a salué la « réactivité » du dispositif. Par ailleurs, Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur annonce que des « éléments importants ont été récupérés » dans l’enquête au sujet de la fusillade de Montrouge, où une policière a été tuée hier matin.

Un témoin : Je suis à Dammartin en Goëlle. Tous les accès du village sont bloqués. Le camion de la BRI est sur place. Au moins 5 hélicoptères. Les forces de l’ ordre roulent à 100km/h sur les deux files. Direction : vers le lieu du kidnapping.

autos

Selon les journalistes du Parisien, l’échange de coups de feu de ce matin entre les voleurs de la voiture et les forces de l’ordre, dans l’Oise, aurait fait deux victimes et une vingtaine de blessés. D’autres médias évoquent des blessés graves.

Selon iTélé, le GIGN, présent à Dammartin-en-Goële, aurait commencé les négociations avec les deux preneurs d’otages. Selon plusieurs médias, un otage serait retenu.

carte

Le maire de la ville a confirmé que la prise d’otages aurait lieu au sein de l’entreprise Création Tendance Découverte, située rue Clément Ader à Dammartin-en-Goële. Il s’agit d’une toute petite entreprise, avec environ cinq salariés.

entreprise

Plusieurs lycéens de Dammartin-en-Goële, où une prise d’otages aurait lieu, sont confinés dans leur établissement. L’un d’eux est tout proche de l’entreprise où se trouveraient les terroristes. Les élèves ont reçu pour consigne de s’éloigner des fenêtres, confirme un lycéen au Figaro.fr. « Certains élèves pleurent et d’autres dédramatisent », explique une autre lycéenne qui note qu’une de ses amies est « terrorisée ».

« On entend les policiers passer depuis notre salle de classe », poursuit-elle. Et de poursuivre : « On tente de rigoler pour ne pas avoir trop peur. Les cours sont suspendus ».

Les avions en phase d’atterrissage à Charles de Gaule subissent « un ajustement de trajectoire » pour éviter Dammartin-en-Goële, a indiqué au Figaro  »Aéroports de Paris ». Aucune piste ne serait fermée en revanche, contrairement à ce qui a été annoncé par Les Echos et Europe 1.

Le parquet de Paris dément qu’il y ait eu des morts lors de la fusillade en Seine-et-Marne, avant la prise d’otages à Dammartin-en-Goële.

Interrogé, l’ex-ministre de l’Intérieur, Claude Guéant cite ses propres sources. Contrairement au chiffre d’un otage avancé par les forces de l’ordre, lui, apporte une voix dissonante : « Moi j’avais des informations qui laissaient penser qu’il y en avait plusieurs personnes retenues dans l’entreprise de Dammartin-en-Goële par les frères Kouachi.

flicsLes forces d’intervention se renseignent

Les hôpitaux de Meaux et de Marne-la-Vallée sont en état d’alerte. La préfecture les a sommés de se tenir prêts en cas d’afflux de potentielles victimes.

Florence, comptable dans l’entreprise Fiduciaire de la Brie, située à 200 mètres du dépôt où se trouve actuellement la prise d’otages témoigne. À 8h40, alors qu’elle arrivait au travail, elle a entendu des coups de feu. Des gendarmes sont arrivés et ont demandé à tout le monde de monter à l’étage de l’entreprise, à l’abri au milieu des archives. Deux heures plus tard, à 11 heures, ils ont pu quitter l’entreprise et être évacués de la zone.

hollande

François Hollande : « Que ce soit des policiers nationaux ou que ce soit une policière municipale, la France est sous le choc dès lors que les auteurs de ces actes ne sont pas arrêtés », a déclaré le Président de la république en cette fin de matinée. « Et je vous parle alors qu’une opération est en cours », a-t-il ajouté.

« Nous avons déjoué des tentatives d’attentat (…) et puis il y en a d’autres qui peuvent se produire. Nous devons tout faire pour protéger nos citoyens », a poursuivi le chef de l’Etat, place Beauvau avec son premier ministre Manuel Valls et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. (…)

Evoquant la manifestation de dimanche, organisée en hommage aux victimes de l’attentat, le chef de l’Etat a indiqué que « tous les citoyens peuvent y venir. Il n’y a pas de contrôle ». « Nous devons assurer la sécurité des manifestations », a-t-il ajouté alors qu’une polémique agitait la classe politique depuis 24 heures sur la présence ou non du Front national à ce rassemblement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *