Tout sur le remède au Covid-19 pressenti par un laboratoire israélien

Un remède fabriqué dans un laboratoire israélien a permis d’améliorer l’état de santé de 29 des 30 patients souffrant de formes graves du Covid-19.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les pistes de traitements ne manquent pas. La chloroquine, le vaccin BCG, la sérothérapie… Ces derniers jours, c’est au tour de l’Avigan, aussi appelé favipiravir, de faire naître l’espoir d’un remède contre le Covid-19. Le ministre des Affaires étrangères israélien a d’ailleurs annoncé s’être fait livrer une première cargaison de ce « médicament révolutionnaire », selon ses termes.

Testé sur 30 patients se trouvant dans un état grave, le médicament anti-Covid EXO-CD24 fabriqué à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, en Israël, a démontré une efficacité de 96%.

Développé dans le laboratoire du professeur Nadir Arber, le précieux remède est destiné aux personnes atteintes de formes moyennes à graves du Covid-19, évitant une détérioration critique de leur santé. Au cours de l’essai impliquant 30 patients, chez 29 d’entre eux, l’état de santé s’est amélioré en deux à trois jours. Quelques jours après la plupart ont pu rentrer chez eux.

Une production à l’échelle mondiale?

Le docteur Shiran Shapira, directeur du laboratoire du professeur Arber, qui dirige la recherche sur la protéine CD24 depuis plus de 20 ans, a expliqué au média que ce médicament anti-inflammatoire «est basé sur des exosomes qui sont libérés de la membrane cellulaire et utilisés pour la communication entre les cellules».

Du fait de son mécanisme d’action, consistant à inhiber spécifiquement un élément du génome d’un virus grippal (de l’ARN polymérase) en vue de bloquer sa réplication, Avigan « devrait avoir potentiellement un effet antiviral sur le coronavirus », étant lui aussi un virus à ARN

«Nous enrichissons les exosomes avec la protéine 24CD qui joue un rôle important dans la régulation du système immunitaire», ajoute le docteur Shapira. «Il peut aussi être produit rapidement et à bas coût, ce qui permettrait une production mondiale en peu de temps», assure-t-il.

Le professeur Arber souligne pour sa part à la chaîne que le médicament administré par inhalation «fonctionne de manière efficace et n’entraîne aucun effet secondaire».

Le Japon et la Chine s’intéressent aussi à l’Avigan

Israël n’est pas le premier pays à faire confiance à l’Avigan pour venir à bout du coronavirus. Le groupe japonais Fujifilm a démarré début avril un essai clinique pour tester l’efficacité de ce médicament anti grippal, après des résultats encourageants d’autres études menées en Chine sur ce même produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *