Tentatives égyptiennes et onusiennes pour une accalmie à Gaza

 

Après plus de quatre mois et demi de frictions violentes près de la barrière et cinq séries d’escalade au cours desquelles plus de 600 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël, des contacts sont en cours au Caire pour atteindre les grandes lignes d’un accord.

Vers une accalmie dans le sud d’Israël ? Le Hamas, le Jihad Islamique Palestinien et des représentants d’autres organisations terroristes participent à ces contacts. Le Fatah a refusé d’envoyer des représentants en Égypte en raison de la ferme opposition de Mahmoud Abbas à tout accord qui ne serait pas conclu par le biais de l’Autorité Palestinienne.

Les déclarations du Hamas et du JIP montrent que les grandes lignes discutées comprennent un cessez-le sur la base des accords et ententes, atteints à la fin de l’Opération Bordure Protectrice (2014) et de l’Opération Pilier de Défense (2012). Les éléments qui sont apparus dans ces accords et ententes comprennent une cessation des hostilités, l’ouverture des terminaux au passage des personnes et des biens, l’augmentation de la zone de pêche et de l’aide humanitaire à Gaza.

Des objectifs minimalistes

Tous ces éléments sont des sections minimalistes, très éloignées des atteintes du Hamas et d’Israël, mais leur avantage est qu’ils peuvent être appliqués dans la pratique facilement et sur un temps relativement court (l’ouverture de Kerem Shalom et l’expansion de la zone de pêche ont été réalisées de toute façon par Israël). Les discussions en Egypte ont été interrompues pour l’Aïd Al-Adha et reprendront Immédiatement après la fête.

Dans une interview, Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré que les pourparlers ont lieu sur deux voies parallèles face aux responsables égyptiens et à l’ONU que les deux traitent de l’accalmie et de la réconciliation concernant le « siège » de la bande de Gaza. Il a ajouté que des progrès ont été accomplis dans les discussions sur le droit des Palestiniens pour le passage en toute sécurité dans la bande Gaza.

Il a affirmé que le Hamas se concentrait actuellement sur l’ouverture d’une voie maritime civile entre Gaza et le côté turc de Chypre pour le commerce et le trafic. Al-Zahar a ajouté que les discussions qui ont lieu sur la question de l’échange de prisonniers sont complètement séparés des discussions sur la trêve et que le Hamas poserait cette question a ses propres conditions et permettra de progresser sur le sujet seulement après que les termes en seront autorisés (Al-Khaleej Online, 19 août 2018).

SOURCE : Centre Meir Amit d’Information sur les Renseignementset le Terrorisme au Centre d’Etudes Spéciales (CES)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *