Témoignage poignant d’un fidèle de la synagogue Bne Thora

« Après avoir échappé au carnage, je suis resté quelques minutes près des ambulanciers et des policiers. J’avais la gorge nouée, aucune rage dans le cœur, juste un profond dégoût. Je suis rentré chez moi après avoir témoigné, ma femme était à la maison, la radio allumée près d’elle. Elle savait que j’étais en vie, je lui avais téléphoné une heure auparavant. Elle pleurait la mort de nos amis : « Ils ont dit à la radio qu’il y avait du sang sur les Tefillin, sur les Talith et sur les livres de prière, c’était comme en Allemagne, pendant Hitler, je n’y crois pas, nous sommes venus en Israël et le mal nous poursuit, chez nous, dans nos maisons et nos synagogues ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *