Imaginez Tel Aviv-Eilat en moins d’une demi-heure avec l’Hyperloop !

 

Né de l’imagination futuriste de l’entrepreneur milliardaire en série, Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX, l’Hyperloop est un nouveau mode de transport pour personnes et marchandises, constitué de capsules propulsées dans des tubes pneumatiques à vitesse supersonique, soit plus de 1 200 km/h, contre 800 pour les avions, sur la terre comme sous l’eau.

Un concept qui pourrait fortement intéresser l’État hébreu. L’Hyperloop pourrait réduire considérablement les temps de trajet. Il accélérerait en conséquence, le développement des zones isolées du pays. Des rumeurs désignent l’ancien PDG de Better Place, l’israélien Shai Agassi à la direction du projet en Israël, en collaboration avec le ministère des Transports et une équipe japonaise.

En parallèle d’autres sources révèlent que cet ambitieux chantier n’en est aujourd’hui qu’à l’état de projet. La société Hyperloop One – dont Elon Musk ne fait pas partie – fait beaucoup parler d’elle notamment à travers ses partenariats mondiaux et ses deux levées de fonds de 26 et 80 millions de dollars. Et même si l’entreprise annonce que près de quatre cents personnes travaillent sur le projet, seulement le quart d’entre elles sont salariées par Hyperloop One. La grande majorité étant représentée par des employés de la Nasa, de Boeing ou de SpaceX. Tous donnent de leur temps libre contre des stock-options.

Flou artistique de l’Hyperloop

Sur la question du coût du programme, de l’adaptation des législations des pays à ce nouveau mode de transport, de la mise en place des infrastructures, des coûts environnementaux, de la sécurité des passagers, l’entreprise ne donne pas de réponses claires et nettes. Même chose quant aux conditions de transport. Alon Levy, mathématicien israélien spécialisé dans l’urbanisme et les transports en commun, expliquant que l’Hyperloop « n’est pas un moyen de transport mais un voyage garanti « vers la gerbe ».

Le confort sera abominable pour les passagers. L’ébauche sur laquelle est bâtie le projet oublie une quantité de facteurs qui font que l’Hyperloop n’ira au final pas plus vite. Il ne coûtera pas moins cher, transportera moins de gens et consommera beaucoup plus de ressources que les trains à grande vitesse. Sur tous ces plans, le complexe de Musk l’a poussé à vouloir tout réinventer en ignorant tous les travaux l’ayant précédé dans le domaine. »

De son côté, Josh Giegel, vice-président de la filière conception d’Hyperloop One, annonce modestement « Nous construisons vite. Nous adaptons vite. Nous accumulons des données plutôt que d’attendre jusqu’à ce qu’on arrive à un résultat qui ne fonctionnera pas forcément ». Un projet à suivre, qui comme toute innovation a son lot de détracteurs avant de voir enfin le jour…ou pas.

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

2 pensées sur “Imaginez Tel Aviv-Eilat en moins d’une demi-heure avec l’Hyperloop !

  • Avatar
    31 juillet 2017 à 18 h 49 min
    Permalink

    @ Katja Epelbaum
    – épanouirais au conditionnel
    – enlever les guillemets…
    Amicalement, et merci pour vos articles

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *