Syrie : Accord israélo-russe sur le dos de l’Iran

 

Selon la journaliste de la seconde chaine de la télévision israélienne Dana Weiss, Moscou et Jérusalem se seraient mis d’accord  pour limiter l’expansion des forces iraniennes et de leurs affidés en Syrie. Décryptage.

C’est plus qu’un accord de principe. Vladimir Poutine a accédé aux demandes israéliennes si l’on en croit les révélations de la journaliste israélienne Dana Weiss (Arouts 2). Le « oui » de Poutine concerne deux des exigences essentielles formulées par Binyamin Netanyahou. Et pas des moindres !

  1. Maintenir la Force al-Qods et d’autres milices chiites à au moins 60 km des frontières d’Israël
  2. Si l’Iran poursuivait malgré tout sa mainmise sur le sud de la Syrie et s’approchait du Golan, Moscou ne s’opposerait pas à une intervention israélienne.

Il s’agissait là des deux lignes rouges exigées par Israël. Eviter que les mollahs iraniens n’aient un accès direct au territoire israélien et préserver le droit d’Israël à la légitime défense et aux actions préventives. L’accord a été finalisé vendredi dernier au cours d’une conversation téléphonique entre le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman et son homologue russe. Lieberman a au cours de la même conversation été invité à Moscou dans les prochains jours.

Poutine n’a rien à perdre

Cet accord n’est pas en soi, un tournant pour l’homme fort du Kremlin. Il formalise simplement les modes opératoires déjà en cours dans la région. Israël ne s’est jamais empêché d’agir en Syrie et la Russie a toujours fermé les yeux.

Cette fois encore, Poutine s’en sort plutôt bien. Il n’aura pas à faire intervenir les forces russes contre l’Iran en Syrie. Israël s’en chargera. Il préserve ainsi son influence tant sur le territoire syrien qu’avec les mollahs. En outre, il confirme sa position d’interlocuteur incontournable  du meilleur allié des Etats-Unis dans la région : Israël.

Lundi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a donné le ton. « Seuls les représentants de l’armée de la République arabe syrienne doivent  se trouver à la frontière syrienne avec Israël ». Reste que si la situation s’envenime, la Russie devra choisir. Si le régime iranien s’entête à s’enraciner en Syrie, la position de Moscou deviendra vite inconfortable.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Une pensée sur “Syrie : Accord israélo-russe sur le dos de l’Iran

  • Avatar
    29 mai 2018 à 20 h 07 min
    Permalink

    Bravo pour votre travail.
    Des gros efforts dans la rédaction hazak on est tous très fiers de vous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *