Surenchère : les Palestiniens réclament le Kotel

 

Un intermède entre les programmes sur la télévision officielle de l’Autorité palestinienne (AP) a indiqué aux téléspectateurs que le lieu le plus saint pour les Juifs – le Mur occidental – n’appartient qu’aux musulmans.

Au moment où Trump et Netanyahou évoquaient à  Washington le « deal du siècle », la télévision palestinienne faisait de la surenchère en matière de propagande. Se référant au mur avec son nom musulman, le mur d’Al-Buraq, PA TV a expliqué qu’il s’agit d’un « waqf islamique », c’est à dire une dotation religieuse inaliénable de la loi islamique, et que les juifs n’y ont donc aucun droit.

Narrateur officiel de l’AP TV: Les documents historiques en possession des Palestiniens de Jérusalem témoignent que Jérusalem est une ville d’origine arabe depuis des milliers d’années, et que son histoire et sa culture sont islamiques. Depuis la conquête de l’islam [au 7ème siècle], le mur d’Al-Buraq (c’est-à-dire le mur occidental) est resté un waqf islamique. Les musulmans y ont un droit absolu et il n’y a même pas un seul rocher qui remonte à la période du roi Salomon, comme le prétendent les juifs. » [Télévision officielle PA, 29 novembre 2019]

Le directeur de l’ONG palestinienne Land Research Center a répété cette diffamation de l’AP, déclarant que le Temple juif n’a jamais existé et que toute l’histoire juive est «un faux récit»:

Le directeur du Land Research Centre Jamal Al-Amleh: «On sait que [les Juifs] n’ont rien à faire à Jérusalem et à Hébron. Toutes les fouilles archéologiques – même les archéologues juifs eux-mêmes ont prouvé qu’il n’y a pas de vestiges de leur état dans ce pays, pas d’existence du Temple sur la montagne où la mosquée Al-Aqsa est construite. Toute leur histoire et leur récit est un faux récit. »  [Télévision officielle de PA, Reporters in the Field , 30 décembre 2019]

Le Land Research Center a reçu un financement du programme de l’Union Européenne pour la consolidation de la paix de 2016 à 2019, selon NGO Monitor.

Lexique

Le Mur occidental

C’est un petit vestige du grand mur de soutènement construit par le roi Hérode pour soutenir le Mont du Temple du Second Temple. Il n’est pas connecté au Temple de Salomon comme le prétend PA TV. Il n’y a aucun vestige connu du premier Temple lui-même, mais de nombreux artefacts de la période du premier Temple. De nombreux poinçons avec les noms de figures bibliques, ont été trouvés à proximité du mur occidental et de la ville de David à Jérusalem. Le mont du Temple, y compris le mur occidental, est le site le plus sacré du judaïsme.

L’Autorité israélienne des antiquités n’effectue pas de fouilles archéologiques sur ou sous le mont du Temple lui-même en raison de sensibilités musulmanes.

L’Autorité palestinienne

L’AP et ses dirigeants considèrent que tout le mont du Temple fait partie intégrante de la mosquée Al-Aqsa. Par conséquent, ils considèrent toute présence de Juifs sur la mont comme une «invasion» ou une «effraction». Il convient de noter que les Juifs qui visitent le Mont du Temple n’entrent que dans certaines sections des zones ouvertes et ne pénètrent pas dans la mosquée Al-Aqsa ou le Dôme du Rocher. La police israélienne interdit la prière juive au Mont du Temple en raison des menaces de violence des Palestiniens.

Qui peut prier ?

« Division selon les zones et les époques » fait référence à un projet de loi (mai 2013) en cours d’examen au Parlement israélien qui permettrait aux juifs et aux musulmans de prier sur le mont du Temple, ce que les Palestiniens appellent la place de la mosquée Al-Aqsa. La loi vise à désigner des heures de prière et des zones distinctes du site pour les musulmans et les juifs. Cependant, le Premier ministre israélien Netanyahou a déclaré à de nombreuses reprises que le gouvernement israélien n’avait pas l’intention de changer le statu quo sur le mont du Temple, ce qui signifie que les Juifs sont autorisés à entrer sur le mont du Temple, mais ne peuvent pas y prier ou se livrer à tout type de culte .

Mur d’Al-Buraq

Le prophète Mahomet aurait roulé pendant son voyage de nuit de La Mecque à la «mosquée al aqsa», c’est-à-dire «la mosquée la plus éloignée» (Coran, sourate 17), et y aurait attaché son miraculeux destrier volant nommé Al -Buraq à une « pierre » ou un « rocher ». (Jami` at-Tirmidhi, livre 47, Hadith 3424). Dans les années 1920, le Mufti arabe Haj Amin Al-Husseini a décidé d’identifier le mur occidental du Temple de Jérusalem comme ce « rocher » ou « pierre », et depuis lors, les musulmans appellent le mur occidental le « mur d’Al-Buraq ».

4 pensées sur “Surenchère : les Palestiniens réclament le Kotel

  • Avatar
    29 janvier 2020 à 9 h 34 min
    Permalink

    Les arabes ne sont que des voleurs.
    Pensez-vous que madame Azoulay va aller dans leur sens et décrété notre mur comme faisant partie de l’histoire inventé de ses pauvres types.
    ROSA

    Répondre
  • Avatar
    29 janvier 2020 à 12 h 16 min
    Permalink

    calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose. reconstruisez l’Histoire, c’est l’arme des vauriens et des cretins imbeciles.

    Répondre
  • Avatar
    29 janvier 2020 à 18 h 46 min
    Permalink

    Comment peuvent-ils dire que le temple n’a jamais existait alors qu’ils ont construit leur mosqué dessus… Elles ne flottent pas dans l’air, c’est un fait.

    Répondre
  • Avatar
    30 janvier 2020 à 0 h 27 min
    Permalink

    JERUSALEM a existé au moins 2 dizaines de siècles avant que l’ Islam soit inventé en plagiant la Bible !!! Alors ce n’est pas la peine de discuter avec ces imposteurs !!! La Vérité germe de la TERRE et les preuves ne cessent de nous surprendre , alors laissons les dans leur délire !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *