Le subtil investissement qui rend les Israéliens heureux

 

C’est ce que l’on appelle dans le jargon de la finance, une opportunité. Un investissement rentable à très fort rendement avec des garanties solides.

Interview réalisée par David Sebban

Si les Français ne connaissent pas ce type de produit d’investissement, en Israël, quelques initiés y ont accès. Rencontre avec David Boukhabza. Après ses 15 années de conseil en investissement en France, il s’installe en Israël en 2015 où il crée Caya Harmony Capital.  Véritable opportunité ou arnaque, il nous dit tout sur ces produits d’exception à très fort rendement.

Coolamnews : Il est question ici de rendements spectaculaires. De 10 à 15% par an. La première des choses à laquelle on pense, c’est à une grosse arnaque à la Madoff.

David Boukhabza : Madoff lui, n’investissait pas les capitaux confiés, alors que dans le cas que vous évoquez, c’est-à-dire les opérations de levée de fonds, les garanties sont réelles, codifiées et transparentes. La différence est de taille. Et les Israéliens sont rompus à l’exercice. La formule fonctionne depuis des dizaines d’années, elle est bien sur légale et elle n’étonne personne sur le marché d’investissement en Israël.

Coolamnews : mais si cela fonctionne si bien en Israël, pourquoi ce n’est pas le cas en France.

DB : Détrompez-vous, la France s’y met aussi depuis peu mais manque de recul et d’expérience en la matière.

Coolamnews : Alors disons les choses. En gros, il s’agit d’accompagner financièrement les promoteurs israéliens qui ont été sélectionnés pour acheter un terrain. Ils ont trois mois pour réunir les capitaux.  

DB : Effectivement, le principe est simple, les promoteurs immobiliers israéliens, lorsque qu’ils répondent à l’appel d’offre du gouvernement pour l’achat de terrain, ont trois mois pour réunir les capitaux permettant d’acheter ce terrain.

Leur banque n’intervenant qu’une fois le terrain acheté, ils font appel à des investisseurs privés pour réunir les capitaux, qui lui consentent un prêt.

Pour cela ces mêmes promoteurs sont prêts à offrir un taux d’intérêt élevé en contrepartie de fortes garanties.

Coolamnews : Mais pourquoi font-ils appel à des investisseurs privés. Les promoteurs sont des gens riches en général ?

DB : Vous avez raison, mais les gros promoteurs développent plusieurs opérations en même temps. Leur trésorerie n’est pas extensible à l’infini. Je veux insister sur le fait qu’il s’agit d’une levée de fonds sur une courte (voire très courte) période. Les investisseurs privés doivent intervenir au moment opportun. C’est-à-dire lorsque les promoteurs ont besoin ponctuellement de lever des fonds.

Coolamnews : De quel taux d’intérêt s’agit-il et de quelles garanties parlons-nous ?

David 2 : Dans l’opération actuellement commercialisée, il s’agit d’un taux de 15% pour un an avec de fortes garanties.

Coolamnews : quelles sont les garanties ?

David 2 : tout d’abord le promoteur garanti par contrat le taux, puis il donne ce qu’on appelle une « Earat Azara » (un titre de propriété) sur le capital investi et le rendement annuel.

Enfin, l’investissement reçoit une garantie bancaire. Vous voyez qu’il s’agit bien d’un investissement à haut rendement très sécurisé.

Coolamnews : Qu’est-ce qui pousse le promoteur à offrir autant de garanties

David 2 : Un promoteur qui n’en est pas à son premier programme, peut offrir un tel taux et de telles garanties parce qu’il sait que dans quelques mois il va recevoir ce que l’on appelle le VAATMAL.

Coolamnews : Le Vaatmal, c’est le bureau qui accélère les procédures d’autorisations administratives avant la phase de construction.

DB : Oui, le processus d’autorisation administratif en Israël étant très long, le gouvernement Israélien a donc créé un Comité appelé VAATMAL dans les zones de pénurie de logements, réunissant plusieurs services et accélérant ainsi les autorisations pour la construction d’immeuble.

Mécaniquement après le VAATMAL la valeur du terrain augmente fortement.

Coolamnews : vous êtes en train de me dire qu’en fait le promoteur sachant qu’il va recevoir ce VAATMAL dans quelques mois, n’a aucun mal a offrir un rendement annuel de 15%, parce que la valeur du terrain sera beaucoup plus importante après ?

DB : Exact, et c’est aussi pourquoi il offre de telles garanties. Comprenez que la valeur de son terrain va fortement augmenter dans quelques mois. Il est donc tout disposé à partager (un peu) le gâteau avec les investisseurs qui l’ont aidé.

Coolamnews : Ce type de très bon plan est bien sûr accessible aux investisseurs israéliens mais pas aux investisseurs français ?

DB : Si ! Vous êtes bien placés à Coolamnews pour savoir que l’information va très vite. Parmi mes clients français, certains ont déjà investis dans ce type de programme. Ils sont séduits, évidemment par le taux de rendement exceptionnel, mais également par les garanties apportées et bien sûr par les résultats de cet investissement.

Pour de plus amples renseignements vous pouvez contacter David Boukhabza sur son adresse mail : [email protected]

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l’actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

7 pensées sur “Le subtil investissement qui rend les Israéliens heureux

  • 15 novembre 2017 à 10:27
    Permalink

    Desole , aucune confiance ! Il faut surtout connaitre leur facon de travailler , une honte !

    Répondre
    • 2 décembre 2017 à 7:35
      Permalink

      C est tout le secteur qui travail comme ca des difficultes a chaque etape comme si leur job etait de creer des problemes aux juifs mais a l oppose ils arrangent tout au Arabes

      Répondre
  • 16 novembre 2017 à 4:28
    Permalink

    Le kablan n a qu a proposer à sa propre famille d’investir puisque c’est si bankable..

    Répondre
    • 16 novembre 2017 à 7:44
      Permalink

      Madame monsieur pour votre information le kablan investit des dizaines de millions de shekel dans cette opération.

      Répondre
  • 16 novembre 2017 à 10:32
    Permalink

    Et bien moi j’ai investit 500 000 shekels sur un projet de ce type et je me suis retrouvé effectivement avec 100 000 de plus au bout de 1 an et demi. Oui c’est bankable!

    Répondre
  • 20 novembre 2017 à 9:06
    Permalink

    500 000 … 100 000 shekels … soit 20% par an .. même Madoff ne promettez pas autant aux gogos qu il pigeonnait 🙂 LOL

    Répondre
  • 20 novembre 2017 à 9:10
    Permalink

    Je suis sur qu’il existe un lien de parenté entre David Sebban et David boukobza… c pas possible autant de complesence dans les articles

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *