Stress sécuritaire ? La méthode israélienne pour aider votre enfant

 

Depuis la nuit des temps, tous les pays du monde ont connu des cycles de luttes intestines, des situations conflictuelles, des périodes de troubles plus ou moins dramatiques qui menaient le plus souvent à d’interminables guerres.

En Israël, le ministère de la Santé propose une première approche auprès d’enfants qui présentent les premiers troubles liés à la conjoncture sécuritaire, au stress.  Voici donc quelques conseils forts judicieux consultables sur le net :

Comment aider les enfants en situation de stress ?

« Il n’est pas besoin de rappeler qu’en pareil cas, les enfants réagissent tous différemment. Les parents peuvent aider les enfants, à court terme dans le cas où se développeraient des réactions typiques à des situations de stress chez les enfants.

Le tableau ci-après, fait mention de la liste des réactions typiques des enfants face à des situations de stress et les recommandations permettant d’y faire face.

Dans le cas où votre enfant souffre d’un ou plusieurs de ces comportements typiques sur une longue période, ou si ces signes s’aggravent, il est recommandé de s’adresser à un conseiller psychologique.

(Conseiller qui pourrait vous aider vous-même si la tâche vous était insurmontable. Nul, ni vous même, êtes censés être obligatoirement des héros !)

 

Le signe

La description

Ce qu’il est recommandé de faire

Ce qu’il est recommandé de ne pas faire

Se coller à un parent et réclamer sa proximité 

​Refuser de rester seul ; refuser d’aller à la crèche et à l’école ​Redonnez confiance à l’enfant ; soyez avec l’enfant autant que possible ; discutez avec lui pour le calmer ; préservez un mode de vie ordinaire. ​Evitez de montrer de la colère et du mépris ; encouragez l’enfant à se séparer mais sans entrer en conflit.

Troubles de l’alimentation

​Manque d’appétit ; vomissements ; crachats ​Préservez un cadre régulier d’habitudes et d’horaires d’alimentation ; n’ayez pas peur, un enfant sain demandera à manger. ​N’obligez pas l’enfant à manger et n’entrez pas en conflit avec lui.

Troubles des habitudes hygiéniques

​Retour à un comportement infantile ; plus de contrôle des urines et des excréments ​Discutez avec l’enfant pour le calmer ; aidez l’enfant à conserver des horaires réguliers pour se rendre aux toilettes. ​Ne vous mettez pas en colère et n’entrez pas en conflit ; ceci ne fera qu’augmenter les tensions.

Peurs la nuit et difficultés à sendormir 

​Peur d’aller se coucher ; peur du réveil et cauchemars ou de rester seul dans le noir. ​Conservez des horaires de coucher fixes ; discutez avec l’enfant de ses peurs. ​Lorsque l’enfant a peur, soyez avec l’enfant à côté de son lit et non pas dans votre lit ; essayez de ne pas donner de médicaments pour dormir, excepté sous ordonnance.

Agressivité

​L’agressivité physique envers les membres de la famille et d’autres ; agressivité et obstination (dans le but de surmonter la sensation d’impuissance). ​Discutez avec l’enfant et encouragez-le à s’exprimer ; il est important de faire comprendre à l’enfant qu’il existe des limites à ses exigences et son agressivité. Permettez à l’enfant d’exprimer ses peurs et ses colères par le dessin et le jeu ou par la discussion. ​Arrêtez l’enfant en colère et calmez-le sèchement et non pas agressivement.

Hyperactivité

​Et agressivité ; parler constamment (dans le but de surmonter la sensation d’impuissance) ​Ecoutez et mesurez les actions exagérées, si possible en donnant un rôle ou une mission quelconque ; mettez des limites de précaution. ​Ne vous disputez pas avec l’enfant ; il n’est pas bon de lui dire qu’il n’a pas besoin de ressentir ce qu’il ressent.

Difficulté de concentration

​Difficulté de concentration de l’attention sur un sujet ; confusion ; ennui, ne pas savoir que faire et à quoi jouer. ​Donnez à l’enfant une mission courte, simple et claire afin de lui rapporter doucement son équilibre. ​Ne vous mettez pas en colère et n’exercez pas de pression.

Dépression / Apathie 

​Silence ; tristesse constante ; ralentissement des activités ; manque d’appétit ; expression vide ; regard dans le vide. ​Donnez de l’attention ; entamez un contact personnel, une discussion, une conversation ; proposez une boisson chaude. ​Ne montrez pas de pitié exagérée ou de colère.

Réaction physique exagérée / sensations physiques

​Tentative de se déconnecter de l’entourage ; forts maux de tête ; maux de ventre ; sensation de paralysie dans différentes parties du corps ; grand manque de confiance en soi. ​Donnez de l’attention ; proposez un lieu agréable et isolé ; prenez conseil auprès d’un professionnel dans le domaine de la santé mentale. ​N’accusez pas l’enfant et ne faite par la promesse que « tout ira bien » ; ne donnez pas de médicament sans ordonnance du médecin.

Panique

​Tentatives de fugue ; perte de jugement ; course sauvage dans une direction non contrôlée. ​Tentez d’arrêter l’enfant sèchement et uniquement s’il n’y a pas le choix, utilisez la force ; donnez des instructions simples et claires pour lui rétablir graduellement son équilibre. ​Ne frappez pas ; ne giflez pas ; inutile de créer un rassemblement de personnes ; pas de médicaments à l’enfant sans ordonnance du médecin.

​Autres phénomènes

​Sucer son pouce; masturbation intensive; bégayement et autres spasmes. ​En cas de bégayement et de spasmes prenez conseil auprès d’un spécialiste dans le domaine de la santé mentale. Tentez d’apporter du calme, de rajouter des activités, détourner l’attention, faire une activité physique agréable. ​N’ayez pas peur du symptôme, ne menacez pas et ne punissez pas.

 

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *