Souvenir d’Entebbe. Quand Tsahal vient nous sauver…

L’ancien otage israélien a révélé dans son journal l’histoire du sauvetage de l’avion d’Air France détourné sur Entebbe, en Ouganda. Aujourd’hui, Sarah Davidson, 86ans, se souvient. Cette Israélienne qui a été otage à Entebbe, en 1976, après que le vol d’Air France 139 ait été détourné de sa route vers Paris.

Sarah Davidson et sa famille étaient en voyage pour fêter une Bar Mitzvah lorsque leur avion a été détourné et s’est dirigé vers Entebbe, en Ouganda. Quarante cinq ans plus tard, elle est toujours impressionnée par le sauvetage israélien audacieux : « Les mots ne peuvent pas décrire comment je me sentais. Nos héros ont fait tout ce chemin !!! »

« Chaque fois que je vais à l’étranger, je jette un coup d’œil sur chaque passager et sur chaque membre de l’équipage pour m’assurer qu’ils ne sont pas des terroristes, » avoue Sarah Davidson, « mais ce n’est qu’une partie de ce que je suis devenue depuis 40 ans, » dit-elle, faisant référence à sa méfiance et à ses peurs.

Son mari, Uzi Davidson, et leurs deux fils, Ron, 16 ans, et Benny, 13 ans, étaient en route vers les États-Unis pour fêter la Bar Mitzvah de Benny. Sarah a tenu un journal détaillant leur captivité, qui a pris fin le 4 juillet 1976, après que le  commando israélien ait effectué un raid audacieux et sauvé les otages lors de l’Opération Thunderbolt (plus tard rebaptisé Opération Jonathan, en mémoire du commandant du Sayeret Matkal, Yoni Netanyahou – frère de l’actuel Premier ministre – qui a été tué pendant le raid).

Idi Amin Dada faisait peur

Avant le 45e anniversaire de l’événement incroyable que le monde entier a salué, la famille Davidson s’est confiée à un journaliste d’Israël Hayom et a parlé de son épreuve. Benny se rappelle qu’il « avait eu très peur du dictateur ougandais Idi Amin Dada, qui est arrivé et a parlé avec nous. »

Uzi Davidson, pilote dans Tsahal, a rappelé comment, en une fraction de seconde, il a pris la décision de manger son pass-militaire pour s’assurer que les pirates, en cas de capture, ne pourraient pas connaître son grade. « Nous avons tous mâché le passe ensemble, juste quand le détournement a commencé, » a-t-il déclaré.

Il se souvient aussi du moment où les commandos israéliens d’élite du Sayeret Matkal ont fait irruption dans l’ancien terminal où ils étaient détenus. « J’ai entendu tout à coup une rafale de coups de feu, » Benny a ajouté : « Maman a sauté sur moi. Alors seulement je me suis rendu compte à quel point la situation était grave. »

Sarah Davidson a affirmé, un sourire profond de reconnaissance sur les lèvres : « Les mots ne peuvent décrire comment je me sentais. Nos héros ont fait tout ce chemin à Entebbe, et ont fait tout ce qu’ils pouvaient juste pour pouvoir nous sauver de la captivité, c’est inouï ! »

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Une pensée sur “Souvenir d’Entebbe. Quand Tsahal vient nous sauver…

  • Avatar
    3 septembre 2021 à 15 h 35 min
    Permalink

    ça remonte à bien loin. Depuis Tsahal est devenue au fil des temps, une véritable poule mouillée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *