Sodome, la ville détruite dans la Thora, la météorite et les archéologues

Les archéologues qui fouillent la ville de Tall el-Hammam, en Jordanie, pensent qu’il s’agit de la ville biblique de Sodome, détruite il y a quelque 3.700 ans.

Sodome et Gomorrhe. L’énorme ampleur de l’explosion d’un météorite a détruit une zone de plus de 500 km2 qui n’a plus été habitée pendant plus de 7 siècles, la terre ayant fondue. Cette théorie est confirmée par la découverte d’un éclat de poterie dont un côté a été fondu en 1mm de verre, montrant que la température avait dépassé les 12000°C pendant quelques millisecondes.

 Les émaux des tessons de poterie contemporains ont connu apparemment des températures suffisamment élevées pour les transformer en verre, « peut-être aussi chaud que la surface du soleil », a déclaré Phillip J. Silvia, le directeur de l’analyse scientifique du Tall el-Hammam Excavation Project en Jordanie

De même, le sol fertile aurait été privé de ses éléments nutritifs par la chaleur élevée, et les vagues des sels d’anhydride saumâtres de la mer Morte auraient – comme un tsunami – balayé la zone environnante. En même temps, les retombées de l’explosion ont provoqué des vents violents et étouffants qui ont déposé une pluie de grains de minéraux que l’on trouve sur des poteries à Tall el-Hammam.

Et dans la Thora

Si grand était le péché des villes de Sodome et Gomorrhe qu’il fut impossible pour Dieu d’y trouver ne fût-ce que 10 Justes ; en conséquence, le récit biblique relate la décision divine de réduire ces villes à néant, en faisant pleuvoir sur elles le soufre et le feu (Genèse, chapitres 18-19).

La Torah nous livre un dialogue prophétique entre Dieu et Abraham précédant la destruction de Sodome et Gomorrhe. Un plaidoyer d’Abraham pour éveiller la miséricorde divine et empêcher cette destruction. Suite à cette négociation ratée Dieu enclenche le processus de destruction de Sodome, ville de dépravation totale, mais qui tomba dans cette déchéance non pas seulement à cause d’une soumission aux pulsions mauvaises chez l’être humain mais surtout dû à une erreur de conception. Il s’agit ici une société figée, pensant avoir atteint une fin de cycle, une perfection, ce qui entraîne sa chute…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *