Simha Thora: Quand le père du rabbi se réjouissait seul

C’est bientôt Simha Torah, et cette année, la fête sera complètement différente. Hannah Schneerson, la mère du Rabbi Loubavitch, a décrit dans son journal une célébration de Simha Torah qui peuvent nous inspirer. Par Sivan Rahav Méir.

Le régime communiste s’opposait à la propagation du judaïsme par la famille Schneerson et après des interrogatoires, des tortures et un procès – son mari, le rabbin Levi Yitzchak, a été envoyé en exil au Kazakhstan. Voici ce qu’elle écrit:

« Le jour de Simha Torah est arrivé. Nous n’avions pas de rouleau de la Torah en notre possession à ce moment-là. Donc mon mari et moi étions seuls dans la pièce. Il était temps pour la danse des Hakafot (littéralement « les cercles » au cours de laquelle nous dansons et chantons avec les rouleaux de la Torah) Il est difficile pour une personne simple comme moi de décrire l’expérience spirituelle qui était évidente sur le visage de mon mari, quand il a commencé à proclamer à haute voix:

« Tu nous as dévoilé et fait savoir que l’Eternel est Dieu, et qu’il n’y en a pas d’autre que Lui!  ». Il a dit les paroles du verset sur la même mélodie qu’il le faisait dans notre ville, dans la synagogue, en présence de plusieurs centaines de Juifs. Non seulement il y avait des danses là-bas, mais il semblait que les pierres dansaient aussi par la grandeur de la joie. C’est la même joie que mon mari a également éprouvée ici. Il a dit chaque paragraphe, et après chaque Hakafa, il a chanté et dansé – seul avec lui-même, bien sûr.

Seuls…avec la Thora

Entre la table et le lit, il y avait un petit espace libre, et là mon mari faisait des rondes en récitant les Hakafot: « toi qui est pur et droit, daigne nous sauver, toi qui est bon et qui fait le bien, réponds nous quand nous t’implorons». On pouvait ressentir dans ces mots les sentiments de son cœur, son aspiration à ce que la joie soit une joie limpide et pure. «Toi qui connait les pensées, daigne nous sauver, toi qui revêts la justice, répond nous quand nous t’implorons » J’étais assise dans un coin, sur un tabouret en bois, et j’observais la grandeur et la puissance de l’amour de la Torah de cet homme, qui a ainsi dansé les sept Hakafot. Le lendemain matin, mon mari a dit avec la même gaité le chant traditionnel: « Exultez et réjouissez-vous pour Simha Thora »

En cette fête de Sim’hat Torah, ils étaient seuls à première vue. Pas de rouleau de la Torah, pas de communauté, presque pas de nourriture. Mais ils n’étaient pas seuls – la joie et la Torah étaient avec eux.

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah. Il est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *