Shoah: Les Cévennes, terre de refuge pour les juifs

L’historien Patrick Cabanel, lors d’une conférence à Mialet, sur les pasteurs

La résistance humaniste

Commençons par le premier livre, le plus volumineux, le plus proche des faits, le moins connu de la mémoire collective.

De 1940 à 1944, quelques centaines de juifs sont venus s’installer ou séjourner dans les Cévennes, entre Gard et Lozère. Vallées et montagnes les ont presque tous sauvés, malgré les rafles, la gendarmerie puis les troupes et police d’occupation.

Juifs français et étrangers, anti-nazis allemands, enfants isolés et familles entières ont trouvé ici l’asile et le salut. Ils le doivent à une géographie tourmentée et à la culture historique de la population cévenole : les descendants des Camisards, habitués à tenir tête à l’État oppressif, ont ouvert aux juifs les portes de leur pays de schiste, de bible et de mémoire.

Ce livre est la première synthèse sur l’une des plus belles pages de la rencontre entre juifs et non juifs dans la France de Vichy.

Onze chapitres qui expliquent et témoignent de ces quelques années humaines au cœur de l’enfer.Lire la suite sur jforum.fr