Seuls pour le Seder cette année en Thaïlande. Par Sivan Rehav-Meir

 

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah qui est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

Il y a un an, elle a organisé la plus grande soirée du Seder au monde. Cette année, ce sera le plus petit Seder du monde, comme nous tous. Sarah Goldschmidt, émissaire Chabad à Kosomoï, Thaïlande, m’a dit cette semaine: « L’année dernière nous avions plus de 2500 participants à la soirée du Seder que nous organisons avec mon mari.

Cette année, depuis Roch Hachana, nous avons commencé à planifier une opération similaire: Nous avions déjà commandé des tentes, des générateurs, du personnel. Maintenant, en Thaïlande, il y a d’énormes conteneurs pleins de matzah et de vin que personne ne mangera ni boira … Nous avons lentement réalisé que cette année le Seder serait plus restreint, mais seulement cette semaine, nous avons réalisé à quel point. Cette année, notre mission est de faire le Seder avec la famille Goldschmidt. Seulement nous, pour la première fois.

Les enfants apprécieront l’ attention particulière et le temps qu’on pourra leur consacrer, sans des milliers de routards israéliens autour. C’est quelque chose que nous n’avons jamais connu. »

L’enseignement du Rabbi

Beaucoup de gens trouvent cela très difficile cette année, et là aussi on peut apprendre quelque chose du Rabbi de Loubavitch: après la mort de sa femme il a choisi de passer le Seder seul. Ils n’avaient pas d’enfants et il n’a pas accepté les invitations de ses fidèles.

Il s’est installé et s’est demandé: «Qu’est ce qui est différent ce soir? (Ma nichtana?)», Il a lu la Haggadah, a bu quatre verres de vin,tout seul. Le leader qui avait envoyé des milliers d’émissaires pour faire d’énormes soirées de Seder pour des millions de personnes dans le monde , célébrait au même moment un très petit Seder privé. Il voulait probablement nous dire que cela aussi avait une grande valeur. Il voulait nous enseigner l’intériorisation, l’indépendance, la capacité d’être seul face à soi-même et de se construire. Nous rappeler que cette nuit est plus grande et plus sacrée même que le cadre de la vie sociale. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *