Sans doute la pire histoire jamais entendue…

Le destin est parfois cruel. Les orphelins de la famille Poroush de Jérusalem peuvent en témoigner.
Le mercredi 22 avril, Mme Beila Poroush, atteinte du virus mais dans un état stable, rend son dernier souffle à l’hôpital où elle a été admise en réanimation en raison de problèmes respiratoires provoqués par la maladie.
Son mari, malgré son état préoccupant (également atteint par le virus) tient à prononcer lui-même l’oraison funèbre en l’honneur de sa femme. Il le fera de l’ambulance dans laquelle il est allongé.
Lire la suite sur lphinfo.com