Samaritains cherchent âme sœur…..

Issus d’une petite communauté juive vieille de quatre mille ans, ils vivaient autrefois dans une stricte endogamie. Mais les femmes sont si peu nombreuses parmi les leurs qu’ils ont dû s’adapter…….Détails……..


Au pied du mont Garizim, sur les hauteurs qui bordent Naplouse, dans le nord de la Judée-Samarie, le village de Kiryat Luza fait figure de sanctuaire. À première vue, rien ne le distingue de ses voisins palestiniens : une artère principale où patrouille un blindé de l’armée israélienne, cinq ruelles abritant des maisons blanches à toit plat et une épicerie où les hommes du village se rassemblent autour de cafés fumants.

Pourtant, c’est ici que résident 300 descendants de la communauté samaritaine, fondée il y a quatre mille ans et vivant selon des préceptes dictés par leur propre interprétation du Pentateuque (la Torah).
Les femmes étaient si peu nombreuses que nous risquions de nous éteindre

Pendant des millénaires, les Samaritains ont ainsi vécu dans une stricte endogamie.
Les jeunes gens en âge de se marier devaient trouver l’âme sœur parmi les leurs, soit au sein du village de Kiryat Luza, soit à Holon, dans la banlieue de Tel-Aviv, où vivent 300 autres Samaritains.
Une règle instaurée pour préserver à la fois la pureté de ce courant si singulier du judaïsme et l’existence même de la communauté.
Teint hâlé et sourire naissant sous sa moustache blanche, Benyamin Tsedaka, alias « Benny », reçoit dans sa maison au cœur du village.
Figure de la communauté, l’homme, âgé de 73 ans, peut disserter des heures sur l’histoire des Samaritains avec une gouaille intarissable.
Selon lui, le début du XXe siècle a marqué un tournant pour les siens : « Nous n’étions plus qu’une centaine, les femmes étaient si peu nombreuses que nous risquions de nous éteindre. »
Face à ce danger, les leaders de la communauté ont décidé, en 1923, d’autoriser les unions entre des Samaritains et des femmes nées hors de la congrégation.
À une condition : qu’elles se convertissent au samaritanisme. Un préalable non négociable.

Lire la suite sur koide9enisrael