Saccage palestinien dans l’ancienne capitale des israélites

Les guides israéliens du Centre d’études et d’excursions du Shomron ont découvert au début de ce mois les dégâts. Il n’a suffit que de quelques jours à l’Autorité palestinienne pour un saccage en règle de l’un des plus beaux sites archéologiques d’Israël : Sebastia.

Un véritable saccage ! Le sol du site a été raclé par des tracteurs. Des bâtisses ont été érigées sur le périmètre jouxtant les colonnades. Une véritable catastrophe pour les archéologues.  « Si on avait voulu détruire à jamais des vestiges de ce sites, on ne s’y serait pas pris autrement » explique un spécialiste. Même un archéologue débutant ses études sait pertinemment qu’on ne fait pas intervenir de tracteurs sur un tel site. par ailleurs, aucune  construction n’est admise à proximité ». poursuit-il.

En attendant, les destructions sont nombreuses. L’allée qui servait de marché à l’époque romaine est désormais recouverte par un bâtiment et la porte d’accès au parc a carrément été obstruée.

Derrière le saccage, ce qui se joue à Sebastia

Ce qui se joue à Sebastia est une fois de plus de la récupération historique de la part de l’Autorité palestinienne. Le site est présenté  comme « appartenant au patrimoine de l’histoire palestinienne ». Bien que le parc national soit situé en zone C, sous contrôle israélien, les habitants du village arabe qui se trouve à quelque centaines de mètres du site antique ne sont pas en reste. De nombreux vestiges ont été pillés. Des colonnades cassées, la mosaïque est éventrée et disparaît progressivement. Elle est revendue aux quelques touristes qui se risquent côté palestinien.

D’ailleurs, à chaque fois que les archéologues israéliens et les touristes débarquent, ils sont accueillis par des drapeaux palestiniens qui flottent sur les vestiges de Sebastia. Or, si Sebastia est requalifiée comme « cité antique palestinienne », l’office de tourisme de Naplouse précise bien, y compris dans son dépliant en langue française,  que la cité a été construite par “Omri, le sixième roi d’Israël” et “qu’autrefois” la région s’appelait la “Samarie”. On est plus dans la région à une contradiction prêt.

Sébastia capitale du royaume israélite

Sebastia est situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Shehem (Naplouse), dans le nord de la Samarie. Connue en hébreu sous son nom biblique de Shomron, la ville était la capitale du royaume israélite du Nord au cours des 9e et 8e siècles avant l’ère chrétienne, fondée par le sixième roi d’Israël, Omri.

Des fragments de maisons, des murs et un palais de l’âge du fer sont encore visibles. Après sa destruction par les Assyriens en 721 avant notre ère, la ville est devenue la capitale provinciale de la région conquise. Selon les Grecs, elle a prospéré à nouveau, mais a été détruite par le gouverneur Hasmonéen, Jean Hyrcan. Puis son fils Alexandre Jannaeaus a reconstruit la ville et l’a repeuplée avec les Juifs.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

3 pensées sur “Saccage palestinien dans l’ancienne capitale des israélites

  • Avatar
    15 juillet 2019 à 8 h 59 min
    Permalink

    Ils ont bâti, on peut déconstruire !

    Répondre
  • Avatar
    15 juillet 2019 à 10 h 42 min
    Permalink

    Comme d’habitude madame Azoulay en digne fille de son papa ne va sûrement pas condamner ce massacre. On vole notre histoire petit à petit et la communauté internationale ferme et sa gueule et les yeux. Il ne faut surtout pas contrarier Mahmoud le président à vie de l’Autorité Palestinienne. dit le Schnorer.(je ne suis pas sûre de l’orthographe)
    ROSA

    Répondre
  • Avatar
    15 juillet 2019 à 12 h 19 min
    Permalink

    LES PALESTINIENS N AYANT PAS DE RACINES ESSAYENT DE S’APPROPRIER L HISTOIRE DES AUTRES.
    PAR CONTRE JE SUIS SUR D UN ÉLÉMENT QUI LEUR APPARTIENT C EST LE TORCHON QU ILS ONT SUR LA TÊTE ET QUE CERTAINS EUROPÉENS SE METTENT AUTOUR DU COU.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *