Retrait de Tsahal : Israël doit expliquer au public ses décisions

Lundi, une résolution a été prise par l’armée israélienne de supprimer certaines des positions qui protégeaient la moitié des villages (Mochavim et Kibboutzim) de la région et qui se trouvent proches de Gaza. Tsahal pense que ce retrait n’affectera pas la sécurité dans la région en raison de la présence d’autres bases militaires à proximité prêtes à prendre les mesures nécessaires.

Les responsables et membres de ces communautés sont néanmoins extrêmement préoccupés. Il y a deux mois, des roquettes et des obus de mortier les ont obligés à se terrer dans des abris durant 50 jours. Outre que les tunnels, que le Hamas a construit durant des années dans le but délibéré d’enlever et de tuer des Israéliens, se sont avérés beaucoup plus nombreux et vastes que Tsahal avait pensé, mais, à partir de ces tunnels, de nombreux accès, juste sous les maisons des habitants, ont été découverts. Le but que s’était fixé l’armée était donc de détruire les tunnels et autres infrastructures militaires du mouvement terroriste.

« Jouer la comédie qu’il a préparé avec Abbas ! »

Est-ce que l’armée israélienne a accompli ses objectifs ? Les résidents du sud pensent qu’elle la fait, en partie seulement. Pourquoi dans ce cas avoir fixé les termes d’un cessez-le-feu qui tient encore – pour des raisons de réarmement qui ne lui ont pas échappées ? Les passages entre Gaza et Israël ont été rouverts à la fin de la guerre pour permettre le transport des matériaux de construction dans l’enclave du Hamas. « Que constate-t-on ? Que même avant la conférence des donateurs qui a eu lieu au Caire, le Hamas commençait déjà son travail. Malgré les 5 milliards de dollars que le monde lui a promis, il ne s’est pas intéressé à la réhabilitation de la ville et de ses habitants, non, son travail a été de s’installer secrètement, de se réorganiser et de jouer la comédie qu’il avait montée avec Ramallah, » précise Ruthie Blum.

La deuxième tâche qu’il a accompli, c’est d’entamer son travail d’excavation de nouveaux tunnels, ceux que l’armée avait totalement détruits, et de réparer ceux qui avaient été endommagés. Ce n’est pas Israël qui l’affirme mais le journal du Hamas, el-Risala. L’article détaillé qui figurait cette semaine était accompagné d’une photo d’un tunnel rénové. En voyant ce document, il est sûr que le temps ne sera pas très long où la machine de guerre souterraine du Hamas sera effective.

« Voir surgir des terroristes armés ! »

Bien que cette vantardise soit bien à la mesure du Hamas, c’est-à-dire de sauver la face d’une défaite perçue durant la guerre, il n’est pas question que les tunnels débouchant dans les villages de la frontière de Gaza soient restitués, et Tsahal le sait, tout comme les habitants qui craignent tous les jours de voir surgir dans les cours arrières de leurs maisons des terroristes armés. En d’autres termes, c’est juste une question de temps avant que le Hamas, avec l’accord tacite du Fatah, commence l’enlèvement ou l’assassinat de Juifs innocents. Tout le monde le sait.

« La seule différence d’opinion qui existe au sein du public israélien est la suivante : est-ce que toutes les modalités de la capitulation (acceptation des conditions préalables des palestiniens) menant Israël à un plan de paix sont réunies pour mettre un terme à l’effusion de sang et à l’abandon de la souveraineté de l’Etat, ou Tsahal (c’est-à-dire Israël) réagira à toute tentative d’anéantissement, y compris existentielle, » conclut Ruthie Blum.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *