Restaurant cacher vandalisé dans le 19e. Ce que l’ont sait.

Un restaurant casher a été entièrement dégradé dans la nuit de jeudi à vendredi dans le XIXe arrondissement de Paris. Le ou les auteurs ont notamment dessiné une dizaine de croix gammées dans l’établissement avant de prendre la fuite.

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour « dégradations à caractère raciste » après le saccage, dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 octobre, d’un restaurant casher du XIXe arrondissement de Paris.

Le rideau de fer du restaurant « Mac Queen » situé au 28 rue Manin à Paris (XIXe) a été dégradé durant la nuit. Un ou plusieurs individus ont alors pénétré dans l’établissement. Ils ont dérobé le fond de caisse qui contenait entre 40 et 50 euros indique une source policière.

Le ou les auteurs ont tout renversé dans l’établissement, notamment les tables et les chaises, et ont fait de très nombreux tags sur les murs. Pas moins de dix croix gammées ont été dessinées, ainsi que des messages à caractère antisémite. Le slogan «Free Palestine» a également été tagué sur une façade, ainsi qu’un dessin représentant le sexe d’un homme. Ils ont également provoqué une importante fuite d’eau en laissant volontairement ouvert le robinet et en démontant le siphon.

 Selon une source policière, le ou les auteurs se sont introduits dans la nuit dans ce fast-food cacher en fracturant le barillet du rideau de fer avant de saccager les lieux

Réactions

« Horreur et indignation », a réagi dans un tweet l’Union des étudiants juifs de France qui a posté la vidéo du restaurant vandalisé. Sur Twitter également, le Premier ministre Jean Castex écrit : « Solidarité avec nos compatriotes de confession juive dont je partage l’émotion et l’indignation. La République fera bloc face à la haine et combattra chacun de ses zélateurs. »

Un peu plus tôt, la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait dénoncé « cet odieux acte de vandalisme antisémite » et assure à la « communauté juive » que « nous ne laisserons pas passer ». L’enquête a été confiée à la deuxième DPJ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *