Rencontres improbables après le drame de Méron

Parallèlement au drame humain provoqué par la tragédie de Méron, un autre épisode inattendu se déroule en Israël au domicile de 45 familles en deuil à travers le pays. Par la journaliste Sivan Rahav Meir.

Rencontres improbables mais tellement émouvantes. Des milliers (!) de personnes viennent les réconforter, mais aussi les rencontrer et discuter avec elles, pour la première fois. « Quelle honte, juste à cause d’un tel désastre, j’entre pour la première fois dans la maison d’une famille ultra-orthodoxe », a déclaré hier quelqu’un à l’une des familles en deuil. En réponse, on lui a dit: « Nous sommes gênés, parce que ce n’est qu’à cause d’un tel désastre que nous accueillons pour la première fois des laïcs chez nous ».


Je suis arrivé hier à la maison de la famille Zeckbach à Bnei Brak. Menachem, 24 ans, laisse derrière lui sa femme Racheli, au septième mois de sa grossesse, et leur petite fille. Racheli m’a montré qu’ils avaient imprimé à la mémoire de son mari, le texte du Birkat Hamazon, dans un petit format de poche pratique. « Nous avons imprimé 3 000 exemplaires, et on est déjà à court. Qui aurait imaginé qu’un si grand nombre de personnes viendrait ! »

« Faites de la place pour le peuple d’Israël ! »

Dans la cuisine de la maison, il est difficile de se déplacer. Des colis envoyés par les enseignes Tara, Tnouva et Rami Levy, mais surtout des particuliers, n’arrêtent pas d’inonder la maison ! Des jeux, des vêtements et de la nourriture. « Même quand il s’agit de choses qui ne sont pas nécessaires, c’est émouvant! », ont déclaré les membres de la famille.


Un jeune homme est venu et a dit qu’il n’avait allumé ni télévision ni Internet tout le Chabbat ! Je savais que je verrais leurs photos là-bas, et je savais qu’ils ne le voudraient pas. » Il a dit à la famille Zeckbach qu’il était particulièrement attaché au visage de leur fils – alors il a ressenti le besoin de venir chez eux.


Je ne me sentais pas à l’aise assis, car de plus en plus de personnes inconnues entraient et se tenaient dans l’entrée. «Levez-vous s’il vous plaît», dit de temps à autre une proche parente à tous ceux assis autour de Racheli. « Faites de la place pour le peuple d’Israël. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *