Il rencontre celle qui lui a sauvé la vie pendant la Shoah

« J’étais effrayée, parce que les Allemands annonçaient dans la rue ce qui se passerait si quelqu’un sauvait un Juif, » raconte Krystyna Jakubowski, une vieille polonaise de 86 ans, qui se souvient du temps où sa famille cachait un Juif, Michael Hochberg.

Un survivant de l’a Shoah vivant à Haïfa a rencontré à New York la femme polonaise qui l’a sauvé. Michael Hochberg, 77 ans et Krystyna Jakubowski, 86 ans, se sont revus à l’aéroport John F. Kennedy lors d’un événement organisé par la Fondation Juive pour les Justes.

Hochberg était assis tenant la main de Jakubowski : « Il était un très joli garçon et il était très gentil, nous n’avions pas de problèmes avec lui, il était sage comme peut l’être un enfant, » a déclaré Jakubowski avec un sourire, et en polonais. « Mais j’avais peur, parce que les Allemands avaient annoncé dans la rue ce qui se passerait si quelqu’un cachait un Juif. La punition était la mort. »

Quand il avait quatre ans, sa famille l’a jeté par-dessus le mur du ghetto juif de Varsovie dans les bras d’un ami afin qu’il ne tombe entre les mains des nazis. Heureusement, car les Juifs parqués par centaines de milliers à l’intérieur du ghetto ont ensuite été envoyés au camp d’extermination de Treblinka.

Depuis deux ans, l’enfant vivait avec Rozalia et Jozef Jakubowski, des amis de sa famille, avec leur fils et leurs trois filles, dont Krystyna, et un adolescent. Hochberg avait été sauvé du ghetto de Varsovie bien avant le soulèvement de 1943 qui a provoqué l’incendie. Il regardait le feu dans le ghetto depuis le balcon de l’appartement des Jakubowski, alors qu’à son insu, ses parents étaient assassinés.

Très peu de gens ont aidé les Juifs

Hochberg n’avait pas l’autorisation de quitter l’appartement des Jakubowski de peur d’être dénoncé en tant que Juif. La seule fois où il est allé dehors, c’était lors d’une soirée où il faisait trop sombre pour que quiconque puisse le voir.

« Très peu de gens ont aidé les Juifs, » a déclaré mercredi Hochberg. « Dans la tradition juive, dites-vous, celui qui sauve une seule âme sauve le monde entier. »

Jozef Jakubowski, qui a lutté contre les nazis en tant que membre de la résistance polonaise, a été tué au combat. Le reste de la famille, y compris le garçon, ont été contraints de quitter la ville pour la campagne, pour s’y cacher: « C’est là-bas que ma mère est morte. »

« A la fin de la guerre, je suis venu embrasser tout le monde, car que je devais partir, » a déclaré Hochberg, qui a grandi après la guerre dans un orphelinat juif, dans la ville de Otwock, puis a finalement émigré en Israël, où il a eu trois fils et huit petits-enfants.

La Fondation Juive pour les Justes, une organisation sans but lucratif qui a organisé la réunion, a fourni plus de 36 millions de dollars en aide financière à quelque 500 Justes âgés et nécessiteux, vivant dans 20 pays différents, qui ont aidé le peuple juif durant la Shoah.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Une pensée sur “Il rencontre celle qui lui a sauvé la vie pendant la Shoah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *