Redonner à Jérusalem le véritable visage d’une capitale libre et sereine

« Il n’y avait rien de spontané dans l’embuscade bien planifiée, qui est presque devenu un lynchage contre la famille Cohen qui circulait au Kotel vendredi dernier. Il n’y avait aussi rien de spontané une semaine plus tôt à propos de l’attaque organisée par 40 assaillants masqués qui a failli engendrer une tragédie horrible quand ils ont essayé d’incendier une station-service dans le quartier de la Colline française, » nous affirme Nadav Shragaï du quotidien Israël Hayom.

« Il est difficile d’accepter la version de la police que les récents événements de Jérusalem ne sont pas pré-organisées. Alors que des incidents comme l’enlèvement et l’assassinat des trois adolescents, l’assassinat de l’enfant arabe dans Shuafat ou la guerre dans la bande de Gaza ont indéniablement été facteurs de motivation. La continuité de la violence est terrible, c’est la preuve d’une main qui guide, certainement au niveau local et peut-être plus loin. Il ya plusieurs raisons qui expliquent l’incapacité de créer une dissuasion efficace, malgré le nombre élevé d’arrestations et inculpations. »

« …éviter de créer une présence permanente… »

« La raison principale est la décision prise par la police et la police des frontières d’éviter de créer une présence permanente des forces de l’ordre dans les quartiers et des villages de Jérusalem-Est arabe. Cette décision est liée à un fond historique: Dans la plupart des quartiers de Jérusalem-Est, un vide considérable a été créé par l’absence de structures gouvernantes. Les lois de l’État n’ont pas été appliqués au sérieux et les services municipaux ont été, et sont encore, en déficit. En conséquence, des autorités se sont implantées dans ces lieux, d’abord celle de l’Autorité palestinienne et le Fatah, et maintenant celle plus extrême du Hamas.

« Des stocks d’armes se sont constitués ! »

« La situation est devenue telle que, dans beaucoup de ces endroits, des armes sont stockées. Plusieurs maisons de Pisgat Zeev ont déjà été touchées à partir du camp de réfugiés de Shuafat, qui est sous la compétence municipale de Jérusalem. Même si nous acceptons la version des services de sécurité (des tirs provoqués par des fêtards), il n’y a pas de raison que dans les zones sous contrôle israélien devraient s’engranger librement des armes illégales qui seront utilisées par les Arabes quand ils le jugeront bon. La police doit tout mettre en œuvre pour redonner à Jérusalem sa sérénité passée. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *