Recherche israélienne : les fumeurs moins atteint par le covid-19

Le tabagisme pourrait offrir une certaine protection contre le coronavirus, selon une étude israélienne. Les résultats confirment de récentes conclusions similaires de chercheurs en France, en Chine et en Italie, bien qu’une étude britannique ait trouvé le contraire.

Les fumeurs réagissent mieux au covid-19 ? Notant qu’il existe des rapports contradictoires concernant l’impact du tabagisme sur la probabilité de contracter le coronavirus, l’équipe israélienne dirigée par le Dr Ariel Israel a entrepris une étude démographique tirant des données de plus de 3 millions de membres adultes à la mutuelle de santé israélienne Clalit, la plus grande prestataire de santé du pays.

Leurs résultats, présentés dans un article non révisé par des pairs publié vendredi dans medRxiv, ont révélé que «le risque d’infection par COVID-19 semble être réduit de moitié chez les fumeurs actuels».

Sur plus de 3 millions d’adultes inclus dans l’étude, 114 545 avaient été testés pour le virus. Seulement 4% étaient positifs. Les chercheurs ont comparé ceux qui se sont révélés positifs à ceux qui se sont révélés négatifs dans un rapport de 1 à 4,. Ils ont tenu compte aussi étroitement que possible des variables telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique. Ils ont constaté que parmi ceux qui avaient été testés positifs, 9,8% étaient des fumeurs contre 19% de la population totale.

Une habitude de fumer antérieure semblait également conférer un certain avantage. Il s’avère que 11,7% des personnes testées positives sont d’anciens fumeurs contre 13,9% dans la population de recherche générale. Par conséquent, ceux qui avaient déjà fumé avaient un risque 19% inférieur d’attraper le virus, selon les résultats.

Ces résultats semblaient valables même lorsque les conditions existantes étaient prises en compte. En outre, parmi ceux qui se sont révélés positifs, rien ne prouvait que le tabagisme ait aggravé les symptômes de la maladie.

« L’ampleur de l’association observée pour le tabagisme actuel, avec une probabilité d’infection réduite d’environ la moitié chez les fumeurs, suggère un véritable effet protecteur du tabagisme sur le risque de COVID-19. »

Résultats comparables pour une étude française

Les résultats reflètent des résultats comparables dans une étude récente réalisée par le professeur Zahir Amoura de l’hôpital Pitié Salpétrière à Paris. Ce dernier a constaté que, sur 482 patients COVID-19 qui se sont présentés à l’hôpital entre le 28 février et le 9 avril, seulement 4,4% des patients ambulatoires et 5,3% des patients externes étaient des fumeurs quotidiens, contre 25,4% de la population générale.

Cette étude a également révélé que les fumeurs étaient 80% moins susceptibles de développer des symptômes graves. Ce qui a conduit les chercheurs à suggérer que la nicotine dans les cigarettes se lie aux sites des récepteurs cellulaires. Elle empêche le virus de s’installer en bloquant son accès à ces sites.

De même, l’University College de Londres a enquêté sur 28 articles et a constaté que le nombre de victimes de coronavirus qui étaient fumeurs était « plus faible que prévu ». Un examen de 13 études chinoises a révélé que seulement 6,5% des 5 300 personnes hospitalisées pour corona étaient des fumeurs. Enfin, une étude de l’America’s Center for Disease Control a révélé que seulement 1,3% des plus de 7 000 personnes testées positives étaient des fumeurs, contre 14% de tous les Américains, selon le Daily Mail.

La nicotine en tant que thérapeutique potentielle

Malgré des « contre-preuves » d’une récente étude londonienne, certains chercheurs étudient la nicotine en tant que thérapeutique potentielle pour COVID-19. Ils ont donné des patchs de nicotine aux patients pour voir s’ils réduisent l’instance et la gravité du coronavirus. D’autant plus que le médicament semble avoir des effets bénéfiques dans la lutte contre un phénomène connu sous le nom de tempête de cytokines. Il se produit lorsque la réponse immunitaire naturelle se met en surcharge – un effet qui peut entraîner la mort.

« La nicotine a des effets sur le système immunitaire qui pourraient être bénéfiques pour réduire l’intensité de la tempête de cytokines », a écrit le Dr Farsalinos Farsalinos, de l’Université de West Attica, en Grèce, dans la médecine interne et d’urgence, selon le Daily Mail.

« Les avantages potentiels de la nicotine … pourraient expliquer, au moins en partie, la gravité accrue ou les effets indésirables chez les fumeurs hospitalisés pour COVID-19. Ces patients subissent en effet, un arrêt brutal de l’apport de nicotine pendant l’hospitalisation.

« Cela peut être possible en réutilisant des produits pharmaceutiques de nicotine déjà approuvés tels que des timbres de nicotine. »

Une pensée sur “Recherche israélienne : les fumeurs moins atteint par le covid-19

  • Avatar
    9 juin 2020 à 7 h 43 min
    Permalink

    La mortalité la plus forte se retrouve parmi les hommes âgés de plus de 75 ans et les fumeurs sont peu nombreux dans cette population car ils n’ont généralement pas atteint cet âge en raison de leur tabagisme . Il faudrait obliger à un test de logique avant de donner le droit de vote.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *