Ramadan: sur les réseaux sociaux, ils ont publié des photos où ils sont en train de manger et déclarent qu’ils sont «Marocains mais non musulmans».

Encore une fois durant le ramadan, des Marocains, engagés dans la campagne prônant de « dé-jeûner » en public, ont dénoncé ce qui à leurs yeux constitue une « atteinte à la liberté individuelle ».Sur les réseaux sociaux, ils ont publié des photos où ils sont en train de manger et déclarent qu’ils sont «Marocains mais non musulmans».

Ces jeunes activistes demandent l’abolition de l’article 222 du code pénal qui stipule que «celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 200 à 500 dhs».

Par ailleurs, d’autres Marocains ont annoncé dans un communiqué qu’ils manifesteraient samedi prochain devant le parlement de Rabat. Cette manifestation a pour but de dénoncer les récents procès liés aux ruptures de jeûne en public durant le ramadan ainsi que l’article 222 du code pénal. Ils considèrent que cet article n’est pas conforme à notre État et ne devrait plus exister de nos jours au Maroc.

Une pensée sur “Ramadan: sur les réseaux sociaux, ils ont publié des photos où ils sont en train de manger et déclarent qu’ils sont «Marocains mais non musulmans».

  • Avatar
    27 juin 2016 à 6 h 45 min
    Permalink

    Ah c’est super! Jusqu’à présent je croyais qu’il n’existait que le Juif qui mange « BE cheffa » (jusqu’à en être rassasie…et même plus jusqu’à en éclater) du pain a Pessa’h (même s’il n’en mange pas toute l’année)….ou bien le Juif qui a coutume de manger en public un sandwich jambon beurre a Kippour…..

    Les musulmans ont donc aussi leur objecteurs de conscience qui mangent en public durant le ramadan…. Une différence néanmoins existe, puisque les brebis galeuses musulmanes sont punies mais les Juives non…..Bien au contraire, on aurait même tendance chez nous a considérer celui qui ne pratique pas (et même qui serait prêt a empêcher les autres de pratiquer sa religion juive…) comme l’exemple démocratique a suivre, tandis que celui qui pratique (même sans demander aux autres de pratiquer : donc 98% des religieux Juifs….) se catalogue dans la rubrique ultra orthodoxe….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *