Rachel, lycéenne, Bondy. « J’évite de dire que je suis juive »

Depuis qu’elle s’est fait insulter parce qu’elle est juive, Rachel ne parle plus ouvertement de sa religion. Et hésite à répondre quand on lui pose des questions.

Rachel : En cours d’histoire, en primaire, on parlait de religion et le prof nous demandait nos origines. Mon tour est venu. J’ai dit que j’étais d’origine israélienne, tunisienne, polonaise. Le prof m’a dit : « Tu es juive ? » J’ai répondu oui. La sonnerie a sonné et, à la récré, un camarade de classe m’a lancé sans raison particulière : « Sale juive. » Comme c’était la première fois que ça m’arrivait et que j’étais petite, j’ai pensé : « Bizarre, pourquoi des propos comme ça alors que c’est juste une religion ? »

Ma mère a peur pour nous

Une autre fois, même chose, un cours d’histoire où on parle de religion et où je dis que je suis juive. À la récré, un autre élève : « Sale juive, vous avez rien à faire là » ; « Allez brûler. » C’est aussi arrivé à des personnes de mon entourage, mais ce n’était pas dirigé directement contre eux. Par exemple, ma mère coiffait un monsieur, il avait des boucles, et il a crié : « ROLALA, ENLEVEZ-MOI CES BOUCLES À LA JUIVE ! »

Depuis qu’on m’a insultée de « sale juive », ma mère nous demande de ne pas trop dire qu’on est juifs. Par exemple, ma sœur a un collier avec une étoile de David et elle lui dit « le porte pas ! » pour ne pas qu’elle se fasse agresser ou insulter. Mes parents disent qu’ils sont juifs, mais ma mère a peur pour nous.

Au centre aéré, un ami à moi a entendu que j’étais juive. Il est venu me voir pour me demander si c’était vrai, j’ai répondu que oui. Il m’a dit : « Moi aussi. » Après, je lui ai demandé : « Pourquoi tu n’en parles pas ? » Il m’a dit qu’il ne préférait pas. J’ai trouvé ça choquant, il avait l’air d’avoir peur, parce qu’il a stoppé le sujet direct.

Rachel : « Moi, je le dis »…

Moi, je ne vois pas pourquoi je ne le dirais pas, donc j’assume, je le dis… mais si on me le demande. Je ne le cache pas mais si je peux éviter de le dire, j’évite. Depuis la cinquième, quand on me demande mes origines, je réponds. Mais quand ils me demandent si je suis juive, je rétorque que ça ne les regarde pas. Parce que quand ils posent la question, ça se sent que ce n’est pas avec une bonne intention.

Ça ne me pèse pas parce que si je dois le dire je le dis, mais je sais que je pourrais me faire réinsulter parce que je suis juive.

Rachel, 16 ans, lycéenne, Bondy

SOURCE : ZEP

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

2 pensées sur “Rachel, lycéenne, Bondy. « J’évite de dire que je suis juive »

  • 11 septembre 2022 à 17 h 01 min
    Permalink

    Bonjour,
    Il y a une superbe école secondaire à Pavillons sous bois
    à deux pas de Bondy
    Très bien classée au niveau national, je vous conseille d’y aller

    Répondre
  • 11 septembre 2022 à 16 h 28 min
    Permalink

    Et après ça, il y en a qui prétendent que les françaouia ne sont pas anti Juifs. Ils le sont pour une grande majorité. Mais par contre, si ils sont pro bougnoules, ce n’est pas qu’ils les aiment, c’est essentiellement qu’ils ont peur des racailles. D’ailleurs, selon les instituts européens de recherches, la francarabia se trouve parmi les nations les plus anti sémites. Il faut ajouter cependant que l’Italie, Dieu bénisse, est le pays le moins anti sémite d’europe. Quand degaulle disait « les français sont des veaux », il s’avère que c’est une des rares fois où il disait vrai.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *