Quand le Juif Pierre Dac clouait le bec du collabo Philippe Henriot

En 1943-1944, la guerre se déroulait aussi sur les ondes. Un moment d’anthologie immortalisé sur les enregistrements d’époque.

Un duel radiophonique a opposé le célèbre humoriste juif Pierre Dac, l’une des voix de la Résistance sur la BBC, à Philippe Henriot, secrétaire d’Etat à l’Information et à la Propagande du régime de Vichy et chroniqueur sur Radio Paris.

André Isaac, alias Pierre Dac, est né en 1893. Il s’engage dès le début dans la résistance. Sa chaleur, son intelligence et son humour feront des ravages sur la Radio de la Résistance. C’est lui qui a mis au point la  la ritournelle : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand« . Tout le monde connaît et parfois fredonne ce slogan à cette époque. Un échange entre les deux hommes donne une idée de ce qu’était le versant radiophonique de la guerre impitoyable entre collabos et résistants.

Ecoutez d’abord lorsque Henriot charge violemment Dac le 10 mai 1944, puis la réponse extraordinaire de Pierre Dac !

Le 28 juin 1944, après plusieurs jours de planques et de repérages, un commando dirigé par Morlot s’engouffre vers 6h du matin dans le n°10 de la rue de Solférino à Paris. Morlot et l’un de ses camarades pénètrent brutalement dans la chambre ou dort un couple.

Réveillée, la femme hurle, l’homme panique. Les coups de feu claquent, il est touché. Morlot s’avance et lui inflige le coup de grâce. Ainsi est mort Philippe Henriot. Après cette action, les miliciens se déchaînent pour retrouver les responsables : arrestations, tortures, représailles. Mais ils ne remonteront jamais jusqu’à Morlot.

La prophétie de Pierre Dac se réalisera donc moins de deux mois plus tard. Evidemment, on ne peut pas comprendre la violence de ces échanges radiophoniques si on oublie les crimes terribles d’Hitler et de ses complices. La Gestapo, les tortures, les déportations, les camps de concentrations, les chambres à gaz. Ces crimes qui ont fait pendant toute la durée de la guerre presque 50 millions de morts sur toute la planète… Après la guerre, Pierre Dac reprend son activité d’humoriste. Son duo avec Francis Blanche remportera un véritable succès. Sa popularité ne faiblira pas jusqu’à sa mort, le 9 février 1975.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

7 pensées sur “Quand le Juif Pierre Dac clouait le bec du collabo Philippe Henriot

  • Avatar
    28 août 2020 à 10 h 01 min
    Permalink

    Belle et touchante réponse.
    Mais toutefois bien grinçante, car les juifs français ont reçu en échange de leur dévouement durant des siècles, pas moins qu’un génocide.
    Les français ont été trop heureux d’assister allégrement et gratuitement et même parfois en devançant les nazis dans leur projet macabre. Comme un faillot psychopathe, puis tel un rapace affamé, cette france s’est régalée à traquer et à sucer jusqu’au dernier os juif.
    Une seule question perdure, pourquoi les juifs français restent dans le nid du rapace et attendent sagement le prochain train ?
    A l’époque, il y avait nulle part où aller, mais aujourd’hui ?

    Répondre
    • Avatar
      28 août 2020 à 13 h 03 min
      Permalink

      Loin, d’être des rapaces ordinaires : ce sont des rapaces de première classe.
      C’est même dans des conditions de provocation antisémite et de non-Droit qui n’eussent pas même été concevables en Italie fasciste que j’ai pu être privé de mon poste de fonctionnaire (BNF/Culture) au 31 janvier 1999.
      Mais hélas ils ne sont plus là les Pierre Dac et ces juifs bien nés qui savaient y faire, pour faire mordre la poussière, à la France des « éternels » salauds.
      Et attendez ce n’est pas tout, Nat.
      Il s’est même trouvé ensuit ici un avocat à sous de l’avenue de Wagram, dont les ancêtres ne s’appelaient pas Dupont, pour m’escroquer de la manière la plus sordide qui soit, la vérité si j’mens…

      Répondre
    • Avatar
      29 août 2020 à 10 h 51 min
      Permalink

      en reponse a votre question : pourquoi restent t’ils dans le nid du rapace et attendent sagement le prochain train ? » tout simplement parceque les Juifs Francais sont tres assimiles. iLS ONT OUBLIE QUI ILS SONT ET DE QUEL PEUPLE ILS FONT PARTI.

      Répondre
      • Avatar
        31 août 2020 à 13 h 48 min
        Permalink

        l’assimilation a peu à voir en cette affaire : des juifs qui en aucune façon (et contrairement à vos dires) n’oublient « qui ils sont et de quel peuple ils font partie » peuvent très bien faire le choix de combattre l’antisémitisme comme il se doit, dans le pays qui est le leur et à part entière -comme d’ailleurs le rappelait Pierre Dac dans sa réponse au salopard. Certes cette réponse est antérieure à la création de l’Etat d’Israël, mais je n’ai pas connaissance qu’il ait plus tard envisagé d’immigrer

        Répondre
  • Avatar
    29 août 2020 à 17 h 06 min
    Permalink

    Bien dit. Sur un autre site, j’ai sans le vouloir, lu un commentaire de quelqu’un dont j’ai omis de mentionner le nom, un politique ou un journaliste, véreux et antisémite dont la france peut s’enorgueillir d’en posséder le plus grand nombre en europe. Ce personnage abjecte, critiquait l’autre personnage aussi abjecte, il s’agit d’alain minc, en déclarant ceci au sujet de ce dernier :  » ça ne me dérange pas qu’il soit Juif, mais ça me dérange qu’il soit français ». En ce qui me concerne personnellement, ce n’est pas qu’il soit français qui me dérange, mais c’est qu’il fasse partie des Juifs de cour comme il en existe d’autres comme attali le lèche bottes du miteux errant, pour demeurer dans la bienpensance. Quant à l’histoire contemporaine, on peut citer des milliers de cas dans lesquels les catholiques français se sont vendus aux ennemis et eux, m’ont beaucoup dérangé, soit en tant que français ou en tant que catholiques. Je fais abstraction de « l’affaire Dreyfuss » dont un seul Catholique en l’occurrence Emile Zola qui plus et, est d’origine Italienne. , s’est écrié qu’il s’agissait d’un antisémitisme flagrant, à l’inverse de millions de catholiques français qui se réjouissaient qu’on ait culpabilisé un Juif. Plus proche encore de notre époque, les policiers catholiques français, qui livraient les femmes et les enfants Juifs aux nazis. Et, si on veut continuer en parlant de l’exode des Pieds-Noirs, Français d’Algérie, dont une majorité sont Catholiques, l’accueil qui leur a été réservé par gaston defferre, catholique français, épaulé par des centaines de milliers d’autres catholiques français, dont le faux général, se passe de commentaires.

    Répondre
  • Avatar
    29 août 2020 à 17 h 15 min
    Permalink

    Donc ce n’est pas un prétexte parce que quelques Juifs ont sombré dans le « politiquement correct » ce qui moi me dérange qu’ils soient Juifs et on peut en trouver même en Israël, pour absoudre les centaines de milliers de catholiques « bienpensants » qu’ils soient français ou autres.

    Répondre
    • Avatar
      31 août 2020 à 18 h 27 min
      Permalink

      il est certain que l’accusation d’avoir tué le petit Jésus a longtemps joué un rôle, dans ce que Jules Isaac appelait « l’enseignement du mépris », mais s’il n’y avait que cela on en viendrait à se demander pourquoi l’Italie par exemple, pays tout aussi catholique que la France (au moins en apparence) a été largement épargnée par le fléau de l’antisémitisme. D’où la question : y a-t-il une spécificité française ? A mon avis la réponse est oui. Il suffira de voir comment pas plus tard qu’en 2019 des sous-merdes, se découvrant soudain une vocation de « féminisme » qu’on ne leur connaissait pas, se sont précipités sur un épisode datant d’il y a plus de quarante ans et reproché à Polanski pour se lancer dans une campagne de sabotage contre le film ‘J’Accuse!’ dont ils-et-elles ne voulaient pas entendre parler -précisément par ce que sans même l’avoir vu ils-et-elles se doutaient bien qu’avec une finesse dont ces français-là seront à jamais incapables ce film rappellerait ce qu’il en est de cet… antisémitisme à la française, qui aux dernières nouvelles continuait de bien se porter.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *