Quand la provocation d’un député arabe se retourne contre lui

La commission parlementaire dédiée aux affaires constitutionnelle et juridique a adopté mardi en première lecture la nouvelle loi proposée par le député Oren Hazan (Likoud), instituant que le nom du pays serait officiellement «l’Etat d’Israël» et qui confirme son drapeau, son symbole et son hymne. Car aussi bizarre que cela puisse paraître, ces éléments n’étaient pas jusqu’alors officialisés!

C’est la provocation du député arabe Y. Jabareen qui a conduit à cette nouvelle loi. « La loi est née dans mon esprit le jour d’une réunion organisée pour les nouveaux membres de la Knesset. Le député Yousef Jabareen demandé où il était écrit que le pays se nommait « l’Etat d’Israël »? J’ai alors appris que le nom de l’état n’avait alors pas d’ancrage juridique », a déclaré O. Hazan.

« La situation actuelle permet à tout député de la Knesset de signer en tant que membre du Royaume de Palestine », a noté O. Hazan. La commission a voté la loi à l’unanimité en première lecture, elle sera donc présentée au vote de la session plénière de la Knesset.

6 pensées sur “Quand la provocation d’un député arabe se retourne contre lui

  • Avatar
    11 novembre 2015 à 2 h 13 min
    Permalink

    En fait, les mots « Etat d’Israël » ou plus précisément en hébreu « Medinat Israel » figurent justement en toutes lettre sur la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël. Ils y figurent en fait plusieurs fois, et notamment ce sont les premiers mots en gras des 12è et 13è paragraphes de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël… Quant à son caractère juif, il est aussi indiqué dans cette déclaration d’indépendance

    « … « shel hamedina hayehudit asher tikra beshem Israel » (traduction : « … de l’Etat juif qui porte le nom d’Israël »), à la fin du 11ème paragraphe de cette déclaration.

    Répondre
    • Avatar
      11 novembre 2015 à 2 h 25 min
      Permalink

      … alors peut-être que la déclaration d’indépendance n’a aucune valeur juridique (ce qui m’étonnerait beaucoup) signé des 37 membres du Conseil provisoire du Peuple actant la naissance de l’Etat d’Israël, mais il est toujours plus prudent, par mesure de précaution, de multiplier les textes juridiques confirmant cela.

      Répondre
      • Avatar
        11 novembre 2015 à 2 h 39 min
        Permalink

        … mais prétendre que le nom « Etat d’Israël », son caractère juif, n’avaient jusque-là, « aussi bizarre que cela puisse paraître, (….) n’étaient pas jusqu’alors officialisés ! » est faux.

        Au paragraphe 11 de la déclaration d’indépendance, on trouve encore le nom Etat d’Israël ainsi que son caractère juif en gras et en grandes lettres :

        « …medina yehudit be erets Israel hi medinat Israel. » (traduction : « L’Etat juif en terre d’Israël est l’Etat d’Israël »)

        Répondre
        • Avatar
          11 novembre 2015 à 2 h 42 min
          Permalink

          … alors peut-être que la déclaration d’indépendance n’a aucune valeur juridique bien que cela m’étonnerait beaucoup vu qu’elle est tout de même signée des 37 membres du Conseil provisoire du Peuple, qu’elle acte le plus officiellement du monde la renaissance même de l’Etat d’Israël, mais il est toujours plus prudent, par mesure de précaution, de multiplier les textes juridiques confirmant cela.

          Répondre
          • Avatar
            11 novembre 2015 à 2 h 53 min
            Permalink

            Par contre, et il faut vraiment réger ce problème, il n’est mentionné nulle part à ma connaissance dans la déclaration d’indépendance, le fait que Jérusalem soit la capitale de l’Etat d’Israël et qu’elle est une et indivisible.

            J’espère que cela a été acté dans les lois depuis, car sinon, il faut agir rapidement pour que ça le soit. La déclaration d’indépendance a été signée, elle, à Tel Aviv. Espérons que la capitale une et indivisible, Jérusalem, soit inscrite noir sur blanc dans les fondement juridiques de l’Etat d’Israël, sinon, ça donne l’avantage à nos ennemis.

            Déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël :

            https://jsuisjreste.files.wordpress.com/2015/11/declar-independance-3.jpg

            En hébreu : https://jsuisjreste.files.wordpress.com/2015/11/israel_declaration_of_independence.jpg

            La traduction en français :

            EN ERETS-ISRAEL (la terre d’Israël) naquit le Peuple juif.

            C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national.

            C’est là qu’il acquit son indépendance et créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle. C’est là qu’il écrivit la Bible et en fit don au monde.

            Exilé de Terre sainte, le Peuple juif lui demeura fidèle tout au long de sa Dispersion et il n’a jamais cessé de prier pour son retour, espérant toujours la restauration de sa liberté politique.

            Mus par ce lien historique et traditionnel, les Juifs s’efforcèrent au long des siècles de revenir dans le pays de leurs ancêtres. Au cours de ces dernières décennies, ils rentrèrent en masse dans leur pays. Pionniers, immigrants clandestins, combattants, ils ont défriché les déserts, ressuscité la langue hébraïque, construit des villes et des villages

            et créé une communauté en pleine expansion, contrôlant sa vie économique et culturelle, recherchant la paix mais sachant aussi se défendre, apportant à tous les habitants du pays les bienfaits du progrès et aspirant à l’indépendance nationale.

            En l’an 5657 (1897), le Ier Congrès sioniste, convoqué par le père spirituel de l’État juif, Théodore Herzl, proclama le droit du Peuple juif à sa renaissance nationale sur le sol de sa patrie.

            Ce droit fut reconnu par la Déclaration Balfour, le 2 novembre 1917, et confirmé par le mandat de la Société des nations qui accordait la reconnaissance internationale aux liens historiques entre le Peuple juif et le Pays d’Israël, et reconnaissait le droit au Peuple juif de s’y créer un foyer national.

            La catastrophe nationale qui s’est abattue sur le Peuple juif, le massacre de six millions de Juifs en Europe, a montré l’urgence d’une solution au problème de ce peuple sans patrie par le rétablissement d’un État juif qui ouvrirait ses portes à tous les Juifs et referait du Peuple juif un membre à part entière de la famille des Nations.

            Les survivants des massacres nazis en Europe, ainsi que les Juifs d’autres pays, ont cherché, sans relâche, à immigrer en Palestine sans se laisser rebuter par les difficultés ou les dangers et n’ont cessé de proclamer leur droit à une vie de dignité, de liberté et de labeur dans la patrie nationale.

            Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de ce pays a pris sa part de la lutte pour la liberté aux côtés des nations éprises de paix, afin d’abattre le fléau nazi, et elle s’est acquis, par le sang de ses combattants comme par son effort de guerre, le droit de compter parmi les peuples qui fondèrent les Nations unies.

            Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution demandant la création d’un État juif en Palestine et invité les habitants de la Palestine à prendre les mesures nécessaires pour l’exécution de cette résolution. Cette reconnaissance, par les Nations unies, du droit du Peuple juif à créer son État est irrévocable.

            C’est là le droit naturel du peuple juif d’être, comme toutes les autres nations, maître de son destin sur le sol de son propre État souverain. En conséquence, nous, membres du Conseil national représentant la communauté juive de Palestine et le mouvement sioniste, nous nous sommes rassemblés ici, en ce jour où prend fin le mandat britannique, et en vertu du droit naturel et historique du Peuple juif et conformément à la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, nous proclamons la création d’un État juif en terre d’Israël qui portera le nom d’ÉTAT D’ISRAËL.

            NOUS DÉCLARONS que dès l’expiration du mandat, en cette veille de Chabbat, 6 Iyar 5708 (15 mai 1948), et jusqu’à l’installation des autorités régulières de l’État, dûment élues, conformément à la Constitution qui sera adoptée par l’Assemblée constituante convoquée avant le 1er octobre 1948, le Conseil remplira les fonctions de Conseil provisoire de l’État et son organisme exécutif, le Directoire du Peuple, fera fonction de gouvernement provisoire de l’État juif qui sera appelé « Israël ».

            L’ ÉTAT D’ISRAËL sera ouvert à l’immigration juive et aux Juifs venant de tous les pays de leur Dispersion ; il veillera au développement du pays pour le bénéfice de tous ses habitants ; il sera fondé sur la liberté, la justice et la paix selon l’idéal des prophètes d’Israël ; il assurera la plus complète égalité sociale et politique à tous ses habitants sans distinction de religion, de race ou de sexe ; il garantira la liberté de culte, de conscience, de langue, d’éducation et de culture ; il assurera la protection des lieux saints de toutes les religions et sera fidèle aux principes de la Charte des Nations unies.

            L’ ÉTAT D’ISRAËL sera prêt à collaborer avec les agences spécialisées et les représentants des Nations unies pour l’application de la résolution de l’Assemblée générale en date du 29 novembre 1947 et prendra toutes les mesures nécessaires pour réaliser l’union économique de l’ensemble de la Palestine.

            NOUS DEMANDONS aux Nations unies d’aider le Peuple juif à édifier son État et de recevoir l’État d’Israël dans la famille des Nations.

            NOUS DEMANDONS – face à l’agression dont nous sommes l’objet depuis quelques mois – aux habitants arabes de l’État d’Israël de préserver la paix et de prendre leur part dans l’édification de l’État sur la base d’une égalité complète de droits et devoirs et d’une juste représentation dans tous les organismes provisoires et permanents de l’État.

            NOUS TENDONS la main à tous pays voisins et à leurs peuples et nous leur offrons la paix et des relations de bon voisinage ; nous les invitons à coopérer avec le Peuple juif rétabli dans sa souveraineté nationale. L’État d’Israël est prêt à contribuer à l’effort commun de développement du Moyen-Orient tout entier.

            NOUS DEMANDONS au Peuple juif dans sa Diaspora de se rassembler autour des Juifs d’Israël, de les assister dans la tâche d’immigration et de reconstruction et d’être à leurs côtés dans la grande lutte pour la réalisation du rêve des générations passées : la rédemption d’Israël.

            Confiants en l’Éternel Tout-Puissant, nous signons cette Déclaration en cette séance du Conseil provisoire de l’État, sur le sol de la Patrie dans la ville de Tel-Aviv, cette veille de Chabbat, 5 Iyar 5708, 14 mai 1948. »

            (signatures)

  • Avatar
    11 novembre 2015 à 3 h 10 min
    Permalink

    Ah ouf !!! Je viens de vérifier ! Le statut de « Jérusalem, capitale une et indivisible de l’Etat d’Israël » est acté dans les lois constitutionnelles de l’Etat d’Israël le 30 juillet 1980 !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *