Quand des soldats ukrainiens viennent prier sur le tombeau de rabbi Nahman

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, il n’est pas rare de voir des soldats ukrainiens entrer dans le tombeau de rabbi Nahman de Breslev à Ouman.

Le tombeau de Rabbi Nahman ne désemplit pas malgré le conflit. Certains des visiteurs en uniforme sont juifs d’autres non. (vidéos ci-dessous)

Rabbi Nahman de Breslev etait un des plus authentiques et éminents dirigeants du monde de la Hassidout.

Egalement appelé Moharan, il naquit en 1772 à Medzybouz en Ukraine, le chabbat du Roch Hodech Nissan. Son père était rabbi Simha, fils de rabbi Nahman d’Orodenka. Un des élèves parmi les plus importants de rabbi Israël Baal Chem Tov, fondateur du mouvement de la Hassidout. Sa mère, Feyga était la fille d’adèle, elle-même fille du « Becht » (Baal Chem Tov). Durant sa trop courte vie parsemée de souffrances physiques et d’épreuves, il réussit néanmoins à écrire quelques recueils. Ces écrits tracent de nouvelles voies dans la Hassidout. Rabbi Nahman a créé une Hassidout nouvelle, fidèle à son enseignement, et à sa personnalité. Elle perdure jusqu’à ce jour.

Le mardi 18 du mois de Tichri de l’an 1810, le quatrième jour de la fête de Souccot le saint homme quitta ce monde. Il n’était âgé que de 39 ans et fut inhumé à l’endroit nommé « Beit HaHaïm » d’Ouman. Il désirait être enterré-là, car disait-il « C’est ici que sont enterrés des milliers de Juifs qui perdirent la vie au nom du Kidouch Hachem pendant le massacre d’Ouman en 1768. Rabbi Nahman promit de son vivant devant témoins que toute personne qui se rendrait sur sa tombe et qui donnerait une prouta de tsedaka et qui de plus réciterait dix des psaumes qu’il avait rassemblés (Tikoun Haklali), serait épargnée des feux de l’enfer. Aussi, cette promesse réunit des milliers de juifs du monde entier sur son tombeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *