Quand Chevènement ne voyait pas l’antisémitisme musulman

Il y a deux ans à peine, « Jean Pierre Chevènement jugeait « dangereux de montrer du doigt un « nouvel antisémitisme musulman » !!

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de l’Intérieur, il n’y a pas si longtemps encore, exemple type de « l’intellectuel » jacobin-anticatholique, tourne bride. Après avoir vanter les mérites inégalés d’une « Laïcité pure et dure », il exigeait d’elle un « assouplissement » pour… Les mahométans ! (Et seuls ceux-ci puisque seuls cités).

S’il s’en défend aujourd’hui, il n’est pas très difficile de lui rafraichir la mémoire. Une déclaration recueillie et publiée le 24 avril 2018 sur le net par un organe se référant de l’Assemblée Nationale, j’ai nommé L C P, « une chaîne parlementaire, politique et citoyenne qui varie les écritures pour décrypter et analyser au quotidien l’actualité parlementaire et politique ». (sic).

Monsieur Chevènement donne ainsi réponse au journal Le Parisien qui a appelé ces derniers jours à manifester contre un antisémitisme renaissant plus virulent que jamais, plus particulièrement issu d’une radicalisation islamiste que personne ne peut plus contester.

Chevènement dans le texte

Mais, peut-on lire, « Jean-Pierre Chevènement, à l’époque, président de la Fondation de l’islam de France,  jugeait « dangereux » de pointer « un nouvel antisémitisme musulman », estimant que « ce genre de généralisation abusive » contribue à « créer un climat de guerre civile ».

« Autant il faut condamner avec la plus extrême vigueur toutes les manifestations d’antisémitisme à commencer par les actes du même nom, autant il peut être dangereux de désigner un nouvel antisémitisme musulman, comme si tous les musulmans avaient tété l’antisémitisme avec le lait de leur mère », a tenu à affirmer haut et fort Jean-Pierre Chevènement plus faussement outré que jamais.

Je me vante, a-t-il ajouté que la Fondation de l’islam de France, crée en août 2016 et dont je suis le président, contribue notamment à la « formation profane des imams. »…

Il n’est pire aveugle…

Et J.P. Chevènement de conclure têtu : « Le principe de séparation église-état posé par la loi de 1905 ne doit pas être interprété de manière telle qu’il devienne un obstacle à l’organisation d’un culte musulman en France » !

Et comment donc ! Quant aux juifs calomniés, détestés, honnis, bannis… Pas un mot… Des déclarations à méditer après l’acte barbare d’un musulman Tchétchène contre un professeur d’histoire géographie. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

5 pensées sur “Quand Chevènement ne voyait pas l’antisémitisme musulman

  • Avatar
    26 avril 2018 à 7 h 21 min
    Permalink

    La France s’enfonce de plus en plus dans l’antisemitisme.
    Le manifeste des 300 recois beaucoup de critiques et tres peu de soutien.
    Desesperant !

    Répondre
  • Avatar
    28 octobre 2020 à 11 h 30 min
    Permalink

    On a vu la beauté crue de la MALHONNÊTETE INTELLECTUELLE DE CHEVENEMENT lors de son débat contre Eric Zemmour.

    Fort de ce qu’il croit représenter : une gauche caviardisée, un ex éléphant du PS qui n’a plus aucune légitimité politique depuis que son petit parti du citoyen n’a jamais décollé, la seule chose qu’il opposait à Zemmour était une série de piques tendant à vouloir vexer, mépriser Eric Zemmour.

    Eric Zemmour, qu’on apprécie ou pas dans certains domaines, a au moins eu l’âpreté du débat honnête : argumentations et historiques des argumentations.

    Qu’a fait Chevènement sinon démontrer à ses quelques suiveurs qu’il allait confronter un « sale type » (selon la doxa de gauche bien sûr), et lui donner du mépris et non débattre ?

    Il n’est pas près car il n’a aucun argument à apporter au débat NATIONAL sur l’islam en France et ses dérives sectaires.

    On aura beau nous opposer l’éternelle antienne : Pas d’amalgame ! La très grande majorité des musulmans ne sont pas terroristes ou islamistes, les faits sont là : Les voiles poussent comme des champignons et de plus en plus de territoires français sont devenus des enclaves pour des musulmans de France et non le contraire, de vivre en marge tout en utilisant les voies légales pour se répandre.

    J’en veux pour preuve unique : Les manifs pour Samuel Paty, le prof étêté, n’ont pas fourni leur contingent de « gentils musulmans de France » dans toutes les grandes villes de France.

    J’ajouterais une dernière chose que j’ai écrite dans un de mes billets juste après « l’émotion nationale » concernant le prof assassiné : « Si nous avions eu ne serait-ce que la moitié des manifestants défilant pour S. Paty, quand Un professeur et trois enfants ont été tués à Toulouse, j’aurais cru en un avenir moins incertain pour les français juifs. »

    Or, il n’en fut rien. Ni pour les enfants et leur prof, ni pour toutes les victimes juives de France assassinées parce que juives.

    Dans le fond, sans vouloir paraître cruelle ou en manque d’empathie pour ce prof, je persiste dans ma colère : Les juifs sont le canari dans la mine. On ne veut pas voir que l’explosion est imminente et pourtant, il suffit de regarder ce qui arrive aux juifs pour comprendre que des Paty et beaucoup d’autres par centaines vont devoir comprendre l’incontournable : NOUS SOMMES EN GUERRE OUVERTE contre une population musulmane et ses convertis par milliers qui veulent étaler le drapeau noir frappé de la shahada sur l’Elysée.

    Répondre
  • Avatar
    28 octobre 2020 à 14 h 16 min
    Permalink

    Surtout dans le couple Chevènement ne surtout pas dire que madame est juive. Elle dit juste « je suis égyptienne ». Pour elle c’est une honte d’être juive. Elle fait partie de ces juifs de gauche proche du peuple inventé.
    ROSA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *