Privatisation – La Poste en Israël va accélérer la cadence ?

La réputation des services postaux israéliens est détestable. Même si un certain nombre de collaborateurs travaillent avec beaucoup de sérieux, en particulier ceux remettant directement les recommandés aux destinataires, la plus grande partie du personnel dans les bureaux de poste est moins connue pour son zèle que pour sa nonchalance et son indifférence aux demandes et besoins des clients.

Le problème majeur n’est pas que les colis ne sont pas distribués à l’adresse indiquée et qu’il faut aller les chercher au bureau de poste mais bien le temps qu’ils mettent à arriver, notamment quand ils viennent de l’étranger. Même les cartes postales ‘vagabondent’ plusieurs mois avant d’atteindre leur destinataire (j’ai reçu une fois une carte avec le tampon suivant : «Missent to Jakarta» – en français envoyé par erreur à Jakarta).

Le département des entreprises publiques a annoncé que dans un premier temps, 20 pour cent des parts détenues par l’Etat vont être privatisées puis plus tard, 20 autres pour cent. Les 20 pour cent de la première phase seront cédés à un investisseur privé dont le nom n’a pas été divulgué et qui travaille déjà dans le domaine de la logistique.

Les 20 pour cent suivants seront vendus à la Bourse israélienne. « La poste israélienne est l’une des principales entreprises dans le portefeuille des entreprises publiques. Elle sera la première de toute une série de privatisations prévues dans les prochaines semaines pour améliorer la qualité et la valeur des entreprises concernées aux yeux du public » a expliqué Yakov (Yanki) Kvint, le directeur du département des entreprises publiques.

Plus efficace, plus performant

« En regardant les privatisations au niveau mondial de la plupart des services postaux, nous voyons que ceux rachetés par un investisseur stratégiquement bien placé sont plus efficaces, plus performants et qu’ils proposent un bien meilleur service à la clientèle ».

Pendant des dizaines d’années, la poste a enregistré des pertes plus ou moins importantes. La situation s’est légèrement améliorée depuis 2007 et la poste réalise maintenant des bénéfices modestes. En 2014, elle a annoncé vouloir licencier 1 200 collaborateurs, a fermé plusieurs bureaux et réduit à deux passages hebdomadaires la distribution du courrier. Toutefois, la poste propose maintenant un service permettant de prendre rendez-vous via une application, même si l’attente reste parfois longue.

SOURCE: Groupe Israel-Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *