Prise d’otage au Bangladesh: ceux qui ne connaissaient pas le Coran sont mort torturés

Les otages ont été soumis à un test: réciter des versets du Coran, sous peine d’être torturés, selon un témoin. Ceux qui ont réussi le test ont été autorisés à manger. Ceux qui ont échoué ont été tués.

La dramatique prise d’otage otages de 10 heures qui a frappé Dacca au Bangladesh a pris fin samedi matin avec au moins 28 morts, dont six des terroristes, après qu’un commando des forces armées ait attaqué le restaurant populaire où les terroristes lourdement armés détenaient des dizaines d’étrangers et de Bangladais prisonniers.

L’attaque marque une escalade de la violence qui frappe cette nation à majorité musulmane traditionnellement modérée, les islamistes exigeant que le gouvernement laïc revienne à la loi islamique.

Vendredi soir, les assaillants ont brandi des fusils d’assaut en criant « Allahu Akbar » (Dieu est grand) et ont pris d’assaut le Holey Artisan Bakery dans le quartier de Gulshan Dhaka.

Environ 35 personnes ont été piégées à l’intérieur, leur sort dépendant de leur religion, selon le père d’un homme d’affaires bangladais qui a été sauvé samedi matin avec sa famille.

« Les hommes armés ont demandé à chacun, à l’intérieur, de réciter du Coran, selon Rezaul Karim, décrivant ce que son fils, Hasnat, avait vu à l’intérieur. «Ceux qui récitaient ont été épargnés. Les hommes armés leur ont même donné des repas hier soir ». Les autres, dit-il, « ont été torturés. »

Les 20 otages tués comprenaient neuf Italiens, sept Japonais, trois Bangladais et un Indien, selon des sources gouvernementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *