Première stratégie européenne contre l’antisémitisme

Lutter contre toutes les formes d’antisémitisme en ligne, protéger et soutenir la vie juive et promouvoir la recherche, l’enseignement et la mémoire de la Shoah sont les 3 axes décidés dans la stratégie de l’UE.

La Commission européenne a présenté, le 5 octobre 2021, la première stratégie européenne de lutte contre l’antisémitisme et de soutien à la vie juive. Cette stratégie est adoptée en réaction à la forte  augmentation du nombre d’actes antisémites dans les États membres.

Quelle définition de l’antisémitisme?

Depuis 2017, la Commission utilise comme référence la définition juridiquement non contraignante de l’antisémitisme élaborée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA): « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte. »

L’antisémitisme contemporain

Une déclaration du Conseil de l’UE de décembre 2020 affirme que « l’antisémitisme est un phénomène qui concerne l’ensemble de l’UE. Il se développe sous différentes formes et doit être combattu par des politiques publiques complémentaires ».

Différentes enquêtes récentes publiées par l’UE dressent un tableau inquiétant de l’antisémitisme en Europe :

Neuf Juifs sur dix estiment que l’antisémitisme a augmenté dans leur pays.

71% évitent de porter en public des symboles les identifiant en tant que juif.

34% évitent de participer à des manifestations juives ou de visiter des sites juifs au moins occasionnellement car ils ne s’y sentiraient pas en sécurité.

44% des jeunes de confession juive déclarent être victimes de harcèlement antisémite.

38% ont envisagé d’émigrer car ils ne se sentent pas en sécurité en Europe.

Soutenir la vie juive en Europe dans toute sa diversité

Les préjugés antisémites, l’antisémitisme, sont toujours largement ancrés dans les sociétés européennes. Un Européen sur vingt n’a jamais entendu parler de la Shoah. La stratégie définit un dispositif de mesures axées autour de trois objectifs :

Lutter contre toutes les formes d’antisémitisme en ligne : mettre en place un réseau européen de signaleurs de confiance et d’organisations juives afin de supprimer les discours de haine illégaux.

Empêcher l’exposition et la vente illégales de symboles, d’objets et de littérature liés aux nazis.

Protéger et soutenir la vie juive : protéger les espaces publics et les lieux de culte, préserver le patrimoine juif et mieux faire connaître la vie, la culture et les traditions juives.

Promouvoir la recherche, l’enseignement et la mémoire de la Shoah : créer un réseau de lieux mémoriels (caches, lieux d’exécution…), soutenir un groupe de jeunes ambassadeurs européens pour promouvoir la mémoire de la Shoah, établir un pôle de recherche européen sur l’antisémitisme contemporain et la vie juive.

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.