Pourquoi cet épicier juif a décidé de brûler tout son stock ?

 

Gavriel,  propriétaire d’une épicerie à Jérusalem a brûlé tout son stock après s’être aperçu qu’il avait oublié de vendre ses marchandises à un non-Juif avant Pessah, la Pâques juive. Rappel des faits et explications.

Un commerçant qui brûle son stock non périmé ? On ne voit pas ça tous les jours ! En principe, la coutume de vendre le Hametz (levain) permet aux juifs de remplir les obligations religieuses de la fête de Pessah. A savoir, ne pas avoir de Hametz leur appartenant officiellement tout en ne subissant aucune perte financière.

Le contrat de vente stipule que si l’acheteur non juif ne paie pas le solde à la fin de la Pâque, la propriété revient au propriétaire d’origine.  Le scénario est convenu d’avance entre les deux parties.

Cette fois-ci,  Gavriel avait oublié de vendre son Hametz en raison de l’absence de son frère. C’est lui qui était responsable de la vente depuis de nombreuses années. Désespéré il va consulter son rabbin. La réponse est sans appel. Il n’a aucun autre recours que de brûler tout ce qu’il possède.

« – Je ne le regrette pas, la loi est la loi, la loi juive est la loi juive ».

Interrogé sur la radio Kol Berama, Gavriel a déclaré qu’il espérait que son action, « une sanctification du nom de Dieu », compensaient sa monumentale perte financière. « – Je ne le regrette pas. La loi est la loi. La loi juive est la loi juive ».

Par conséquent, plus de Hametz virtuel. Place à la réalité : L’épicier a donc sorti son stock de chez lui, y a mis le feu et a vérifié que tout était bien consumé. Ainsi,  Gavriel a calculé qu’il en avait brûle pour 50.000 NIS !

Finalement, « à pur esprit – esprit et demi » : « Tout compte fait j’espère que cette sanctification du nom de Dieu ici et maintenant sera appréciée à sa juste valeur. J’espère que Dieu compensera ma perte dans « un autre endroit ». Je ne voudrais pas le regretter, ce serait trop dommage ! ».

Combien d’hommes sont prêts à payer le prix fort pour rester en adéquation avec eux-mêmes ?

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *