Pourquoi acheter une voiture en Israël coûte si cher ?

Le centre d’information et de recherche de la Knesset a présenté à la commission parlementaire des Finances un rapport sur les importantes taxes dans le domaine automobile et pièces détachées. Il s’avère que les taxes sur les voitures, les carburants et les pièces de rechange représentent 3.22% du P.I.B. (produit intérieur brut) et ont apporté aux caisses de l’état quelques 33.7 milliards de Shekels en 2013, soit une augmentation de 20% comparé à 2009.

Une autre information montre que la taxe sur une voiture est de 47%(!) plus élevée que la moyenne européenne. La somme est composée en autre de:

  1.  Taxe sur l’achat: 7.5 milliards
  2. Carburants: 17 milliards
  3. Licences: 4 milliards
  4. Pièces de rechange: 343 millions
  5. Douanes: 417 millions

A quoi servent ces taxes ?

Ces 3.22% du P.I.B placent Israël en quatrième position en Europe derrière l’Italie (4.37%), la Belgique, l’Autriche, et la Finlande. La moyenne européenne étant de 3.14% du P.I.B. L’explication proposée se trouve dans le but défini par la politique du gouvernement: « Réduire les inégalités sociales, réduire les accidents de la route et la pollution parallèlement à une démarche fiscale visant à financer le budget de l’état. »

Bien qu’au Trésor israélien on affirme que l’impôt est progressif, 67% des ménages possèdent au moins une voiture. Par tranche de population, 31.4% des ménages appartenant au décile inférieur (tranche de 10%) possèdent un véhicule. Cette information démontre qu’en absence de bons transports en commun une voiture est plus que nécessaire en Israël.

Il y a quelques temps les impôts ont décidé de soustraire de la liste certaines pièces détachées « de sécurité » jusque-là détaxées. La hausse de la taxe sur les pièces de rechange s’est chiffrée à 27% de 2009 à 2013. La commission parlementaire déléguée aux finances avait repoussé la décision des impôts attendant une décision commune du ministère des transports et celui des finances. Suite à cette décision les senseurs de marche arrière et ceux de pression des pneus, entre autre, se sont vus à nouveau exemptés des 19.2% habituels.

Le président de la commission a déclaré: « J’ai informé les impôts que je ne laisserai pas passer une taxe sur ce genre d’accessoires…L’état se doit d’étendre les réductions, et même la détaxe totale, sur tous les accessoires de sécurité ».

Au total la taxe prélevé par l’Etat en Israël sur une voiture est de 82%!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *