Pour une convention sur les crimes antisémites

La récente vague violente d’actes antisémites aux États-Unis, conjuguée à la renaissance alarmante de l’antisémitisme en Europe et ailleurs, doit être considérée comme un réveil brutal de l’état d’hibernation curieux et nonchalant dans lequel le monde juif semblait vivre naïvement.

Qui peut reprocher à la communauté internationale de ne pas traiter le phénomène de l’antisémitisme, alors que le monde juif lui-même demeure naïf et adopte un sens politique correct ou simplement se résigne ?

Il semble l’avoir accepté comme un phénomène permanent et indélébile, le tolérer et en souffrir plutôt que de le traiter et le combattre.Lire la suite sur jforum.fr