Pour l’OCDE, Israël manque d’infrastructures routières

 

Tel-Aviv et ses environs sont au cœur du pays des start up, mais en l’état actuel des choses la région est surtout au cœur d’interminables embouteillages qui, d’après la banque centrale israélienne, représentent un coût annuel de plus de 35 milliards de shekels (8,5 milliards d’euros, 9 milliards CHF). Dans un rapport daté de mars 2018, l’OCDE a estimé que le ‘manque d’infrastructures routières’ était l’un des plus grands défis auquel était confronté le pays.

La guerre aux embouteillages ! Pour relever ce défi, le cabinet du Premier ministre vient de publier un nouveau plan intitulé ‚Infrastructures pour la croissance 2019‘. 196 milliards de shekels (environ 47 milliards d’euros, 54 milliards CHF) seront, entre autres, consacrés à un nouveau tramway dans l’agglomération de Tel-Aviv et à une nouvelle ligne de tramway à Jérusalem dans les quartiers de Ramot et de Gilo. De nouvelles voies d’accès plus larges sont également envisagées pour les deux métropoles.

Par ailleurs, il est prévu de construire deux nouvelles centrales électriques, un nouvel hôpital à Beer Sheva, un nouveau bâtiment pour le ministère des Finances, une nouvelle unité de recyclage pour la transformation des déchets en énergie ainsi que 2 550 nouveaux jardins d’enfants et salles de classe.

Il est intéressant de noter que le rapport ne mentionne pas une seule fois la mise en place de nouvelles infrastructures pour l’Internet, telle que l’installation d’un réseau de fibres optiques. Le pays des start up a d’autres problèmes plus urgents. La question se pose néanmoins de savoir si ce plan sera réalisé après les élections et la mise en place d’un nouveau gouvernement.

SOURCE : Groupe Israël-Suisse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *