Pour les djihadistes français de Forsane Alizza le but ultime est Jérusalem!

Jugé depuis lundi 8 et jusqu’au mardi 23 juin avec treize coprévenus pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », Mohamed Achamlane, l’« émir » nantais de 37 ans est accusé d’avoir constitué autour du site Internet Forsane Alizza un « groupe structuré prônant le djihad armé », d’avoir organisé des entraînements de type « paramilitaire », et recherché des armes et du matériel « destinés à préparer des actes de terrorisme ». […] Son « djihad », assure-t-il, n’est pas celui de Ben Laden, mais celui de Saladin, le héros de la reconquête de Jérusalem au XIIe siècle, dont il a donné le nom à son fils : « Un djihad noble, de défense, qui n’opprime pas, mais ne se laisse pas opprimer. » Un brin mégalo, tendance parano, Mohamed Achamlane se perçoit comme un justicier entièrement voué à la cause des musulmans. Les armes retrouvées à son domicile et chez un de ses complices ? Elles étaient destinées à se défendre, à tourner une vidéo « provocatrice » ayant pour décor un « mur de kalachnikovs », voire à monter un projet un peu flou de « police musulmane » censée pallier les défaillances de l’Etat, accusé de ne pas protéger les musulmans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *