Police, Rabbins et compagnie: l’affaire de corruption qui secoue le monde juif

Le rabbin renommé, le Rav Yeshiaou Pinto a conclu hier un accord avec les autorités israéliennes dans le cadre duquel il reconnait avoir donné des pots de vin à un officier de police israélien. Il accepte de devenir témoin de l’état dans cette affaire. Ceci n’est que l’un des actes d’une pièce de théâtre policière qui dure depuis plus d’un an. 

Un empire spirituel

Le Rav Pinto est une figure spirituelle de renommée internationale. En Israël et aux Etats-Unis, pays dans lequel il réside depuis le début de l’affaire, son entourage est composé de l’élite de la société: politiciens, célébrités et grandes fortunes, tous se bousculent pour écouter les paroles du guide ou pour recevoir un conseil. Les organismes religieux du Rav Pinto, qui incluent plusieurs Yeshivot ou centres d’études en Israël et aux Etats-Unis ainsi que de nombreuses ONG, gèrent un patrimoine s’élevant à plus de 93 millions de dollars.

_MG_4417

Une amitié désormais révolue

C’est parmi les figures qui rendaient une visite quasi-hebdomadaire au Rabbin que se trouve l’autre facette de cette enquête. Le brigadier Menashe Arviv, qui se tenait à l’époque à la tête de l’unité 433 de la police, chargée des enquêtes financières et de corruption, aujourd’hui en retraite anticipée, est aussi impliqué. Selon les résultats de l’enquête de la police et du procureur général, le Rav Pinto aurait donné à plusieurs reprises de l’argent à Arviv. En contrepartie, ce dernier était censé utiliser ses contacts pour informer le Rabbin d’une enquête du FBI Américain le concernant. Le policier dément les faits, alors que le Rabbin explique qu’il a en effet remis plusieurs sommes d’argent à Arviv, mais que c’était pour aider un « ami en détresse ». Depuis, les relations entre les deux hommes se sont largement détériorées.

Une confession troublante

Le marché conclu avec le Rav Pinto est le fruit d’une mure réflexion du procureur général : « tout le monde préfère déraciner la corruption au sein de la police plutôt que débattre indéfiniment dans les tribunaux avec les avocats de Pinto », suggère le responsable de l’enquête policière. Mais dans le cadre de cet accord, le Rav Pinto reconnait avoir offert des pots de vins afin d’en tirer un profit personnel, ce qui secoue la communauté religieuse en Israël étant donnée la gravité avec laquelle la corruption est perçue par la loi juive.

Une pensée sur “Police, Rabbins et compagnie: l’affaire de corruption qui secoue le monde juif

  • 18 septembre 2014 à 2:38
    Permalink

    moche! trés moche! les choux gras de la presse vont repousser malgré la chemita

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *