Quand la police israélienne réalise le rêve d’Ilya, 11 ans

 

Ilya Cohen est un jeune garçon israélien de 11 ans, atteint de trisomie.Par l’entremise de ces enseignants, il a pu, l’espace d’une journée, réaliser son plus grand rêve en revêtant l’uniforme de la police israélienne et même plus encore… 

Un événement qui restera à jamais gravé dans la mémoire du jeune Ilya Cohen sachant qu’à l’issue de cette magnifique journée, il n’a pas manqué d’exprimer sa joie en déclarant qu’il était « le gars le plus heureux du monde, après qu’ils aient réalisé mon rêve ».

C’est au personnel enseignant de l’école Tzabar à Dimona, au sud d’Israël, où est scolarisé Ilya Cohen, que revient cette heureuse initiative, devenue désormais tradition au sein de cet établissement d’enseignement spécialisé, qui s’est donnée pour mission de réaliser le rêve de ces jeunes aux besoins particuliers.

Le rêve d’Ilya

Pour son plus grand bonheur, Ilya a pu revêtir l’uniforme et rejoindre ainsi les forces de police de la ville de Dimona. Il a assisté à la traditionnelle réunion d’information matinale dirigée par le surintendant principal du bureau de police llan Shoshan. Le jeune garçon s’est ensuite joint à une patrouille de routine aux côtés de policiers et d’agents de sécurité municipaux, avant d’effectuer une ronde avec un sapeur de la police.

« Il est important pour nous d’avoir pu réaliser le rêve d’Ilya, celui d’être officier de police d’un jour. Cela reflète nos liens étroits avec la communauté », a déclaré le surintendant principal du bureau de police llan Shoshan.

L’école Tzabar, dédiée à l’enseignement auprès d’enfants aux besoins spéciaux, accueille un public de jeunes personnes ayant des difficultés physiques, notamment en terme de déficience visuelle, de déficience auditive et de problèmes cognitifs tels que l’autisme ou les déficiences intellectuelles.

 

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *