Polémique: un journaliste israélien à la Mecque

Un journaliste israélien a créé une controverse après la publication d’une vidéo le montrant déambuler dans la ville saoudienne de La Mecque, premier lieu saint de l’islam, interdit aux non-musulmans. Par BFM TV.

La vidéo du journaliste Gil Tamari, qui travaille pour la chaîne israélienne Channel 13, a provoqué une avalanche de réactions hostiles sur les médias sociaux la semaine dernière en Arabie saoudite, deux jours après sa publication sur Twitter. Le journaliste a finalement présenté ses excuses pour les offenses qu’il aurait pu causer.

Dans sa vidéo de 10 minutes, le journaliste israélien est vu en train de se rendre sur le Mont Arafat, étape essentielle et sacrée dans le cadre du pèlerinage à La Mecque( photo).

Un lieu interdit aux non-musulmans

Il reconnait lui-même que ce qu’il est en train de faire est interdit, soulignant que le lieu où il se trouve est « un endroit interdit aux non-musulmans » et ajoutant « je suis le premier journaliste israélien ici à faire une vidéo et en hébreu ».

Répondant aux protestations sur les réseaux sociaux, Gil Tamari a expliqué que son objectif était « de montrer l’importance de La Mecque et la beauté de l’islam ». Cette vidéo « a permis à de nombreuses personnes de voir pour la première fois un endroit qui est si important pour nos frères et soeurs musulmans », justifie-t-il.

Mais ses explications n’ont pas calmé la colère dans les médias et les réseaux sociaux. Un hashtag « Un juif dans la mosquée sacrée » a été créé sur Twitter, où un utilisateur a appelé les autorités saoudiennes à « ne pas insulter la nation musulmane (…) en permettant à des juifs de profaner la ville du messager de Dieu ».

Ryad n’a jamais adhéré aux Accords d’Abraham négociés par Washington en 2020, qui ont permis à Israël de normaliser ses relations avec Bahreïn et les Emirats arabes unis, deux pays du Golfe voisins de l’Arabie saoudite.

« Une honte »

Plusieurs journalistes israéliens détenant des passeports étrangers ont pu se rendre en Arabie saoudite pendant et avant la visite du président américain Joe Biden la semaine dernière dans la région.

La vidéo de Gil Tamari a également été dénoncée comme une « honte » par des comptes Twitter encourageant une normalisation diplomatique entre Israël et l’Arabie saoudite, tout comme certains de ses confrères israéliens.

« Il y a des choses qui doivent être dites : ce que Gil Tamari a fait est une honte pour le journalisme », a écrit sur Twitter Yoav Limor, un autre journaliste israélien qui s’est récemment rendu dans le royaume. Interrogées par nos confrères de l’AFP, les autorités saoudiennes n’ont pas répondu.

SOURCE: BFMTV.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.