Plongée au Rojava, le pays sans État des Kurdes de Syrie

Brandissant le drapeau du Rojava, des kurdes manifestent dans les rues de Kobané en octobre 2015 pour la libération d’Abdullah Öcalan, fondateur et dirigeant du Parti des travailleurs du Kurdistan, qui est incarcéré en Turquie depuis 1999. Olivier Goujon/Olivier Goujon / Le Pictorium

Alliés de la coalition internationale contre l’État islamique, les Kurdes rêvaient de faire émerger un pays. Lâchés par les Occidentaux, ils luttent désormais pour préserver leurs fiefs face aux offensives de la Turquie.

Envoyé spécial au Rojava

Le Rojava est dépourvu de littoral, mais l’on y accède par bateau. À la frontière entre le Kurdistan d’Irak et la Syrie, un bac sur le Tigre est la seule entrée officielle vers ce pays qui n’existe pas. Au bout d’un embarcadère de ciment, un bateau à fond plat est amarré dans les eaux brunes du fleuve grossi par la fonte des neiges. Une fois les passagers à bord, l’embarcation se déhale et le pilote met les gaz de son gros moteur hors-bord pour lutter contre le courant puissant. Parvenu sur l’autre rive, il donne un dernier coup d’accélérateur pour faire monter l’avant de son bateau sur la grève de galets.Lire la suite sur jforum.fr