« Dieu et Israël »: des lettres d’Einstein mises en vente à Jérusalem

Provenant du patrimoine de son ami et collègue, l’éminent physicien David Bohm, c’est la maison d’enchères Winners qui sera chargée de la vente aux enchères de cinq lettres écrites par Albert Einstein, en anglais entre 1951 et 1954, des réflexions sur la « Physique, Dieu et Israël ».

Joli programme ! Sur l’une de celles écrites par Einstein à son ami David Bohm, on peut lire, ce qui ressemble fort à une espèce de mea culpa : « Théorie quantique et théorie de la relativité, je dois avouer que je ne suis pas en mesure de deviner comment une telle unification pourrait être atteinte ».

A noter que l’une de ces pages porte la signature d’Einstein, son sceau très spécial et, manuscrite, une équation « relative » à son concept de relativité.

Elle sera proposée à 8 000 $ et devrait se vendre au moins deux fois le prix dans une collection estimée au total à plus de 20 000 $. (Un ensemble qui comprend également des lettres issues de sa correspondance avec Louis de Broglie).

« Si Dieu a créé le monde… »

Dans une autre lettre, celle-ci en date de 1954, Einstein exprime son empathie face aux difficultés rencontrées par son ami. Des obstacles dus à un travail théorique particulièrement complexe auquel s’ajoutent à son endroit les conséquences de la chasse aux sorcières, chasse aux prétendus traîtres communistes qui travaillaient au sein du gouvernement et de l’armée menée par le sénateur Joseph McCarthy l’obligeant à fuir les États-Unis pour le Brésil en 1951.

« Si Dieu a créé le monde, son souci n’était certainement pas de rendre sa compréhension facile pour nous. Je le sens avec force depuis cinquante ans », lui écrivait-il avant que d’ajouter que l’avenir proche ne présentait pas une attitude politique plus raisonnable aux États-Unis, et que Bohm se devrait de partir le plus vite possible pour Israël où il y trouverait une « atmosphère plus intellectuelle » !

Celui-ci, en sa qualité de juif, finira par quitter en 1955 le Brésil pour Israël, où il enseignera au Technion Institute of Technology de Haïfa pendant deux ans.

 Quant à Einstein, après avoir refusé en 1952 de devenir Président d’Israël, offre pourtant tellement flatteuse, il ne pouvait conclure autrement que par cette réflexion d’une logique à nulle autre pareille : « Israël est intellectuellement actif et intéressant mais ses possibilités sont très étroites et aller là-bas avec l’intention de repartir à la première occasion serait regrettable ».

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *