Pétrole: Ils cherchent dans la Thora des gisements en Israël

Entreprise basée au Texas, Zion Oil Company fore depuis des années le sol israélien pour trouver du pétrole. Plus précisément à Megiddo dans la vallée de Jézréel près de Beit Shéan.

« Nous allons forer à travers au moins quatre strates géologiques différentes au potentiel en hydrocarbures (pétrole et/ou gaz) certain », a déclaré Victor G. Carrillo, PDG de Zion. « Ce fut un long périple, compliqué et difficile. Mais toute notre équipe est très enthousiaste de voir ce projet enfin se concrétiser. »

L’entreprise texane affirme fièrement avoir été divinement bénie. Il faut mériter le privilège de « forer en faveur de l’indépendance politique et économique d’Israël », avancent les responsables. De là à citer les versets de la Genèse et du Deutéronome, il n’y a qu’un pas. Ils s’agit de bénédictions accordées à Joseph, fils du patriarche Jacob, dont l’héritage se situe en grande partie dans la vallée de Jézréel. « Si les textes bibliques évoquent les richesses enfouies dans certaines régions d’Israël, alors nous devons y accorder toute notre attention », estime un responsable de de la compagnie texane.

6,6 milliards de barils enfouis

Certes les nappes d’hydrocarbures se situent plutôt au large, en méditerranée. Reste que pour l’heure, Israël ne produit que quelques milliers de barils de pétrole par jour. L’économie locale s’appuie sur le marché mondial à plus de 99 % de sa consommation. De 2015 à 2016, par exemple, la majeure partie du pétrole israélien provenait du Kurdistan, une région plus qu’instable. Pour Zion Oil Company, le site de forage de Meggido représente une ressource vitale signifiant à terme la sécurité stratégique et financière d’Israël. Voilà qui pourrait libérer le pays de la pression internationale.

Une étude publiée par Beicip-Franlab a estimé à 6,6 milliards la quantité de barils de pétrole disponible dans cette région d’Israël. De quoi offrir, semble-t-il, les principaux éléments géologiques favorables à une activité pétrolière. Zion déclare ainsi, avec réserve, que « des puits multiples pourraient être forés à partir de ce site ». Il en est persuadé: « Plusieurs cibles géologiques sont atteignables de ce point ».

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *