Pénurie d’eau potable : une nouvelle piste de décontamination

La nouvelle approche pour éliminer des virus pathogènes, développée par l’équipe de chercheurs de l’Université israélienne Ben Gourion du Négev (BGU), de l’Université Duisburg-Essen en Allemagne, et de l’Université Urbana-Champaign de l’Illinois (UIUC), va apporter une solution innovante à ce problème.

« C’est une question urgente de santé et de sécurité publique », ont déclaré les chercheurs. « L’élimination insuffisante d’adénovirus humain dans les eaux usées municipales, par exemple, a été détectée comme un contaminant dans les sources d’eau potable américaines, y compris les Grands Lacs et dans le monde« .

« Les adénovirus peuvent causer un large éventail de maladies comme le rhume, la gorge (la pharyngite), la bronchite, la pneumonie, la diarrhée, la conjonctivite, la fièvre, l’inflammation de la vessie ou la cystite, des inflammations de l’estomac et des intestins (gastro-entérite) et des maladies neurologiques », rapporte les centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Le norovirus, qui peut causer des nausées, des vomissements et de la diarrhée, est la cause la plus fréquente de la gastro-entérite virale chez l’homme et est considéré comme étant la deuxième cause de mortalité associée à la gastro-entérinite, selon la BGU.

Dans cette étude, le Prof. Moshe Herzberg du Département de dessalement et de traitement de l’eau de l’Institut Zuckerberg de recherche sur l’eau à la BGU et son groupe ont greffé un revêtement d’hydrogel spécial sur une membrane d’ultrafiltration courante.

L’hydrogel polymère zwitterionique (molécule à charges opposées dans des atomes non adjacents) empêche les virus d’approcher et de passer à travers la membrane. Il contient des charges positives et négatives et améliore l’efficacité en affaiblissant l’accumulation de virus sur la surface du filtre modifié.

Le résultat, selon les scientifiques internationaux, a montré un taux significativement plus élevé d’élimination des virus de l’eau, y compris le norovirus humain et l’adénovirus.

«L’utilisation d’une simple polymérisation par greffe de membranes commercialisées pour rendre l’élimination du virus plus complète est un développement prometteur pour le contrôle de la filtration des agents pathogènes dans la réutilisation de l’eau potable», a déclaré le Prof. Nguyen du Département de génie chimique de l’UIUC.

Lire la suite

source : JForum