Patrick Asseraf : « Je ne partirai pas sans mon fils »

Les recherches pour retrouver Or Asseraf, le seul Israélien de 22 ans qui manque au Népal, se poursuivaient ce dimanche. Les préoccupations sur son sort s’accroissent chaque jour. L’équipe de secours israélienne élabore un plan d’action et multiplie ses efforts afin que les recherches soient permanentes. Malgré les circonstances, les membres de la famille d’Asseraf refusent de perdre espoir. « Je ne vais nulle part jusqu’à ce que je le trouve, » déclare son père, Patrick.

patrick et or asserafPatrick et Or Asseraf

Mise à jour dimanche 16h 19: Les équipes de secours israéliens et l’organisation Zaka ont rapporté que leurs membres avaient retrouvé le corps du randonneur israélien Or Asseraf, qui a fait l’objet d’une longue recherche au Népal. Asseraf était dans la région du Langtang et a disparu après le séisme de samedi dernier.

Le corps de Asseraf a été découvert dans une région montagneuse où l’extraction sera difficile. Une équipe spéciale, possédant le matériel conçu pour déplacer de lourds rochers, travaille pour extraire le corps, qui sera transporté par avion en Israël pour l’enterrement. “En raison de la nature complexe de l’opération et le peu de ressources actuellement disponibles, nous ne pourrons être en mesure de retirer son corps que lundi matin,”a déclaré  Zaka dans un communiqué.

Article précédent

Une équipe de la police népalaise a sorti les corps de 50 personnes dans le quartier nord de Rasuwa, non loin de la région du Langtang où Or a disparu. Aucun des corps n’a été identifié, dit Pravin Pokharel, directeur adjoint de la police dans le quartier nord de Rasuwa. Pokharel, qui a dirigé l’équipe de la police, a déclaré que les corps ont été retirés samedi, une semaine après le tremblement de terre. Dimanche, les sauveteurs sont revenus dans la zone.

Au moins 200 autres personnes sont toujours portées disparues dans la région, y compris des villageois et des randonneurs, dit Uddhav Bhattarai, un haut fonctionnaire de la municipalité : « Nous n’avions pas été en mesure d’atteindre la zone à cause des pluies et du temps nuageux. » Les équipes de secours israéliennes ont rapporté que la détérioration des conditions dans la région du Langtang, avec le débordement des fleuves de boue et de pierres, ont éveillé nos craintes qu’Asseraf aurait été enseveli sous les débris causés par une avalanche. « Il semble que c’est la fin du monde ici, » assurent les membres de l’équipe de sauvetage.

fin du monde« Il semble que ce soit la fin du monde… »

Les autorités disent que le bilan des victimes du tremblement de terre a grimpé pour passer à 7 000. Laxmi Dhakal, détaché du ministère népalais de l’Intérieur dit que « l’espoir de trouver des survivants est en train de disparaître, d’autant plus qu’une semaine est passée depuis la catastrophe. À moins qu’ils aient été pris dans des poches d’air, il n’y a pas beaucoup de possibilité. »

La dernière semaine, de nombreux survivants ont été retirés des bâtiments détruits, mais personne n’a été secouru depuis jeudi, conduisant le gouvernement népalais à annoncer samedi que les espoirs étaient minces. Cependant, la famille Asseraf note qu’un touriste néerlandais a été découvert sain et sauf, il y a deux jours dans la région du Langtang où leur fils a disparu.

equipe de sauvetageÉquipe israélienne de sauvetage

« Des avions militaires américains et le personnel devaient arriver au Népal dimanche, un jour plus tard que prévu, pour aider les secours dans les zones sinistrées en dehors de la capitale Katmandou, » a rassuré un porte-parole des Marines américains. En raison de contrôles douaniers, l’équipe arrive avec du matériel de secours à l’aéroport de Katmandou, la seule passerelle internationale de la nation. Un représentant des Nations Unies, Jamie McGoldrick, a déclaré que le gouvernement devait assouplir ses restrictions douanières pour faire face à l’afflux croissant de matériel de secours.

Mais le père d’Or n’a pas le temps de les attendre. Il a décidé de rester au Népal pour superviser les efforts de recherche auxquels les amis de l’Unité Egozi de son fils ont pris part. Ils ont été assistés par un guide du tour-opérateur appartenant à des Israéliens. « Les recherches, qui ont débuté hier se poursuivent. Il y a des zones difficiles dans lesquelles nous devons tracer notre parcours soigneusement afin de ne pas risquer d’autres vies. Nous n’avons encore rien trouvé, mais nous trouverons, » déclare Patrick, partagé entre l’espoir et la tristesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *